CRUMBLE CABILLAUD COURGETTES ORTIES

La saison des courgettes a bien démarré chez moi, et j’en ai déjà récolté huit avec un seul pied, des courgettes jaunes, plus sucrées que les vertes. En cette saison, je suis obligée de me creuser les méninges pour cuisiner les courgettes de toutes les façons possibles.  S’il y en a trop je finirai par les congeler, mais pour l’instant je cède encore au plaisir, renouvelé chaque année, de descendre dans mon jardin et de ramasser de quoi cuisiner pour le prochain repas.

J’ai aussi en permanence de l’ortie dans mon jardin et ce n’est pas faute de tenter de l’éliminer, même en arrachant les racines. Depuis que je sais que l’ortie est pleine de minéraux et de vitamines , sa constance à repousser m’embête beaucoup moins. Nous devrions manger de l’ortie plus souvent (moi la première), pour ses vertus revitalisantes. Elle ne se laisse pas attraper facilement la coquine, mais avec des gants  et un peu de précautions tout va bien.

Du coup, j’ai trouvé cette recette de crumble qui m’a l’air bien sympa. Aucun des ingrédients n’a beaucoup de goût, il est donc recommandé de bien assaisonner.

Ingrédients:

pour le plat:

  • 400 g de cabillaud (ou un autre poisson plus fort en goût)
  • 1 grosse poignée d’orties
  • 4 courgettes moyennes
  • 1 oignon
  • 1 ou 2 gousses d’ail
  • 3 oeufs
  • 20 cl de crème liquide
  • sel, poivre, huile d’olive

pour le crumble:

  • 100 g de farine
  • 100 g de beurre salé
  • 100 g de comté râpé

Préparation:

  • Coupez les courgettes en petits cubes
  • Emincez l’ail
  • Lavez les orties sous 3 eaux vinaigrées et hachez les feuilles
  • Emincez l’oignon et faites le blondir une dizaine de minutes dans l’huile d’olive.
  • Ajoutez les courgettes et l’ail et laissez  revenir à feu doux 10 minutes.
  • Pendant ce temps faites cuire le poisson dans l’eau salée 5 mn. Egouttez
  • Dans un saladier, battre les oeufs et la crème, ajoutez le comté râpé et l’ortie hachée.  Salez et poivrez
  • Mélangez les courgettes, le poisson et l’appareil. Versez dans un plat allant au four
  • Faites votre crumble en mélangeant la farine, le beurre coupé en dés et le comté râpé, jusqu’à obtenir une consistance sableuse.
  • Disposez le crumble sur le mélange
  • Faites cuire environ 35 mn à 200°

 

CAKE AUX ORTIES, CHEVRE, LARDONS ET NOIX

Je continue avec ma série de recettes « spécial confinement » (le mien du moins, avec les trouvailles de mon jardin).

Si, comme moi, vous avez un coin d’irréductibles orties qui, malgré des années d’arrachage de racines, repoussent inéluctablement au même endroit, c’est le moment d’en tirer parti, d’autant qu’elles sont encore jeunes, douces et qu’elles sont pleines de vitamine C.

Sinon, essayez d’en chiper chez le voisin (croyez moi il sera très heureux), ou dans un coin durant la promenade du chien ou le tour de votre pâté de maison.

J’avais déjà proposé un cake aux orties et poivrons ici, en voici un autre avec ce que j’avais dans le frigo. Cela signifie que vous pouvez modifier les ingrédients (sauf la base du cake), selon vos goûts et ce dont vous disposez: orties seules, orties chèvre, orties poivron etc…

L’ortie jeune a peu de goût, c’est pour ça qu’on relève le goût du cake avec d’autres ingrédients mais ce n’est pas une obligation.

Ingrédients:

Base pour tout cake salé:

  • 3 oeufs
  • 150 g de farine
  • 1 sachet de levure chimique
  • 10 cl d’huile de tournesol
  • 12,5 cl de lait si possible entier
  • 100g de gruyère râpé

pour les ajouts:

  • 1 grosse poignée d’orties
  • 125 g de lardons
  • 150 g de fromage de chèvre
  • 1 poignées de noix
  • sel, poivre, (ciboulette facultatif)

Préparation:

  • Effeuillez les plus belles feuilles d’ortie
  • Lavez-les avec trois eaux vinaigrées
  • Coupez-es grossièrement au ciseau
  • Rapez le gruyère (ou le comté si vous en avez)
  • Coupez le chèvre en gros carrés
  • Coupez grossièrement vos cerneaux de noix
  • Mélangez farine, œufs et levure
  • Incorporez  l’huile puis le lait tiédi
  • Ajoutez le gruyère râpé, le sel et le poivre et mélangez bien
  • Ajouter les orties, le chèvre, les lardons et les noix
  • Théoriquement avec l’huile incorporée vous n’avez pas besoin de beurrer votre moule à cake mais dans le doute, je mets toujours une feuille de papier sulfurisé , ça évite les énervements de fin de cuisson.
  • Enfournez 45 mn à 180 ° (couvrez en fin de cuisson si ça brunit trop)

A déguster chaud, tiède ou froid, en apéritif ou en plat principal accompagné de salades.

 

ARBOULASTRE OU QUICHE MEDIEVALE AUX HERBES AROMATIQUES SAUVAGES

Voici encore une belle découverte que je m’empresse de vous faire partager: une quiche médiévale à tout!

En fait, je suis partie en vacances et nous avons fait un détour par le chantier médiéval de Guédelon. Pour ceux qui ne connaissent pas, il s’agit d’un projet démarré en 1995 et qui a pris de l’ampleur depuis, d’un château médiéval reconstruit avec les techniques de l’époque. Le château a bien avancé, et s’est entouré des échoppes et des ateliers des artisans nécessaires à sa construction: tailleurs de pierre, carriers, charpentiers, maçons, etc… Passionnant. Il y a bien sûr un jardin médiéval, et un boulanger (un talmelier disait-on à l’époque) qui fabrique du bon pain d’épeautre. Il se dégage de ce chantier, qui résonne du bruit des marteaux sur les pierres ou le métal,  des scies et des coups de hache sur le bois, une paix incroyable. L’on retrouve le sens de choses, chaque mouvement et chaque action est réalisé dans le but de construire, rien de superflu n’est créé. Le temps se compte autrement, à dimension humaine. Bien sûr, dans ce contexte, je ne pouvais que m’intéresser aux légumes oubliés et aux jardins de simples médiévaux

J’ai donc découvert une recette miracle, celle de l’arboulastre. Il s’agit d’une sorte de « quiche à tout », qui se mange aussi bien chaude que froide, et en toute saison, avec des herbes aromatiques cultivées ou sauvages du moment, de quoi laisser place à son imagination! Attention toutefois à vos mélanges car certaines herbes ont un goût plus prononcé que d’autres et peuvent masquer le goût des autres plantes. Vous pouvez aussi ajouter des herbes cultivées pour ajuster le goût de votre mélange (persil par exemple), ou des herbes au goût moins prononcé pour faire du volume (ortie par exemple)

 

 

 

 

 

Ingrédients:

Pour la pâte brisée:

  • 300 g de farine
  • 100 g de beurre en dés et en pommade
  • 1 càc de sel
  • 80 ml d’eau

Pour le dessus:

  • 4 oeufs
  • 100 g de gruyère râpé ou  de comté râpé
  • des herbes à votre convenance (épinards sauvages, chénopode bon henri, serpolet, fenouil sauvage, oseille, menthe sauvage, lierre terrestre, fenouil sauvage, achillée mille-feuilles, etc…)
  • sel, poivre
  • 250 ml de crème fleurette
  • 150 g de gruyère râpé ou comté râpé

Préparation:

Pâte brisée:

  • Mélanger la farine et le sel, puis le beurre.
  • Malaxez du bout des doigts jusqu’à obtenir une sorte de semoule grossière
  • Ajoutez l’eau petit à petit jusqu’à obtenir une pâte lisse
  • Faites-en une boule
  • Filmez-la  et laissez reposer une nuit ou au moins quelques heures
  • Sortez ensuite la pâte, étalez-la et mettez  dans le moule à tarte (grand ou plusieurs petits)

Pour le dessus:

  • Battez les oeufs en omelette et ajoutez la crème fleurette
  • Lavez les herbes sauvages, enlevez les tiges et hachez les grossièrement
  • Mélangez à l’appareil et ajoutez le gruyère
  • Versez sur la pâte brisée
  • Mettez à four chaud (210° ) pendant 25 à 30 mn

Servez avec une salade.

 

 

GAUFRES SALEES AUX PLANTES SAUVAGES

365 jours par an, x deux repas, x 10, 20, 30 années… ça fait quelques milliers d’idées de repas à concocter. Ne nous leurrons pas, nous cuisinons toujours la même chose. Mais moi j’aime bien goûter, découvrir, innover. C’est en partie ce qui m’a conduite à m’intéresser aux plantes sauvages. En partie seulement, car je souhaitais aussi me rapprocher de cette nature perdue un peu de vue ces dernières années.

Donc, comment innover un peu?

Et si nous mangions de gaufres salées? L’idée m’est venue après une discussion avec mes fils sur l’intérêt d’avoir deux gaufriers (achetés pour rien dans des brocantes). Je soutenais que ça allait plus vite, mon fils me rétorquait que ça faisait deux fois plus d’ustensiles à laver. Du coup, cette idée de gaufres m’a trotté dans la tête et j’ai cherché une recette aux plantes sauvages. Je n’ai rien trouvé, j’ai donc détourné une recette de gaufres aux épinards.

Je me suis rendue compte qu’il y avait de nombreuses recettes de pâte à gaufre. Je vous livre celle que j’ai testée mais si vous avez l’habitude d’en faire des sucrées, et que ça vous convient, ne changez pas.

J’ai mis de la bourrache, parce que c’est tout ce que j’avais sous la main. Cependant vous pouvez cuisiner l’ortie, la consoude, le plantain, l’ail des ours etc… voire mélanger plusieurs plantes sauvages. Je conseille d’ajouter du comté râpé (j’avais hésité , j’avais peur que ça colle, je ne sais pas pourquoi!), mais j’ai trouvé mes gaufres un peu fades. La prochaine fois je mets le fromage!

J’ai aussi vu des recettes avec du jambon fumé ou blanc, du chèvre, bref, comme toujours, la seule limite de la cuisine est celle de votre imagination.

Ces gaufres se mangent telles que, avec une salade (de plantes sauvages au printemps)ou coupées en petits bouts pour un apéritif, ou en accompagnement de jambon ou d’une viande si vous n’en avez pas mis dedans.

Je les avais faites un peu en avance, et nous avons fait différents tests de réchauffage car elles deviennent vite molles. J’ai bien aimé le grille pain, rapide et facile. Le four est plus long et dessèche un peu. Le micro-onde chauffe mais ramollit, bien sûr (cependant, c’est une solution quand, comme mon fils morfale, vous y ajoutez du fromage à raclette, voire une couche supplémentaire de gaufre avec du jambon 😉

 

 

 

 

 

Ingrédients (environ 8 gaufres):

  • Une grosse poignée de plantes sauvages (environ 100 g)
  • 250 g de farine ou remplacer une partie de la farine par de la fécule (ça donne du croustillant. J’ai mis 200 g de farine et 50 g de fécule)
  • 2 œufs
  • 25 cl de lait
  • 50 g de beurre
  • sel, poivre
  • facultatif (mais meilleur):
  • 75 g de comté
  • 50 g de jambon haché

Préparation:

  • Lavez vos plantes sauvages avec trois eaux vinaigrées
  • Faites-les suer quelques minutes à la poêle avec un peu d’huile
  • Hachez-les plus ou moins grossièrement selon votre envie
  • (Coupez le comté en petits dés et hachez le jambon si vous en mettez)
  • Séparez les jaunes des blancs et montez les blancs en neige
  • Faites fondre le beurre
  • Mélangez la farine et la fécule
  • Ajoutez le lait, puis les jaunes d’œufs, le beurre fondu, sel, poivre, plantes sauvages, (éventuellement comté, jambon).
  • Ajoutez les blancs montés en neige à cette pâte
  • Faites cuire quelques minutes au gaufrier

C’est prêt!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BUTTERNUT AU CHEVRE, NOIX ET GRAINES D’ORTIE

J’aime la saveur douce et sucrée des butternuts et je suis contente que la saison ait démarré. Je les préfère aux potimarrons, et surtout aux potirons dont j’aime le goût mais pas l’épluchage ! Les butternuts sont ultra simples à faire cuire au four et la présentation, ainsi coupé en deux, à toujours du succès.

Il me restait du chèvre, du lait de coco, des noix ramassées l’autre jour… ne restait plus qu’à mélanger tout ça. J’ai voulu tester les graines d’orties qui poussent dans un coin du jardin.

Les orties en sont pleines et il est très aisé de les récolter. Il suffit de mettre un petit bol sous l’ortie, prendre les grappes de graines entre le pouce et l’index et frotter les deux doigts l’un contre l’autre. Ça ne pique pas. Par contre, préférez des orties peu polluées, car, après deux tentatives, j’ai renoncé à les laver. Les graines sont si fines que ça colle aux doigts, et je n’ai pas réussi à les sécher correctement. Vérifiez simplement que vous n’avez pas d’hôtes, et laissez leur le temps de sortir!

A goûter elles sont croquantes, douces, lequel croquant s’en va à la cuisson. Elles n’apportent pas de saveur particulière au plat, juste leurs propriétés : acides gras insaturés (linoléique et linolénique), des vitamines C, E, B1 (thiamine), B2 (riboflavine), B3 (niacine), B6 (pyridoxine), et de nombreux minéraux : ferzinc, cuivre, calcium, phosphore, magnésiummanganèsesodium, potassium, et sélénium.

Je pense qu’il est préférable de les consommer crues, (boules de fromage de chèvre roulées dedans par exemple).

Ce plat est toujours autant apprécié, prévoyez une bonne heure de cuisson, à vérifier en fonction de la taille de votre butternut (le mien était particulièrement gros).

Ingrédients:

  • 1 butternut  (taille selon le nombre de convives)
  • 10 cl de lait de coco
  • 1/2 fromage de chèvre (frais ou fait, à votre convenance)
  • 2 càs de graines d’orties
  • 1 poignée de noix concassées
  • sel, poivre

Préparation:

  • Préchauffez votre four à 210° (th 7)
  • Coupez votre butternut en deux,
  • Otez les graines (gardez-les pour les griller ou les planter )
  • Creusez encore une partie de la chair (je l’avais remise dans le creux mais vous pouvez la conserver pour une cuisson ultérieure), afin de pouvoir mettre le lait de coco et le fromage
  • Déposez les deux morceaux sur la lèchefrite, préalablement recouverte de papier aluminium. Faites tenir droit avec une boule de papier alu si ça ne tient pas tout seul (pour éviter que la crème ne coule). Ajoutez un peu d’eau au fond de la lèchefrite
  • Coupez le chèvre en petits cubes, parsemez dans le butternut, ajoutez le lait de coco ( ou la crème si vous préférez)
  • Ajoutez les graines d’ortie
  • Salez, poivrez.
  • Enfournez pour 45 mn
  • Pendant ce temps ouvrez et concassez vos noix
  • Parsemez les butternut  remettez au four pendant 1/4 h.
  • Vérifiez la cuisson avec un couteau, il doit s’enfoncer sans problème.

Bon appétit!

 

 

 

SOUPE FROIDE ORTIE CONCOMBRE

Avec ces chaleurs lourdes, j’ai envie de frais. Je me fait de temps en temps un gaspacho mais j’avais envie de tester autre chose. Une soupe aux herbes sauvages?

Allons y!!

Comme toujours lorsque j’ai à disposition des plantes sauvages, je cherche des idées pour marier mes envies. J’ai trouvé sur plusieurs sites une recette de soupe froide d’orties et de concombre. Les orties de mon jardin coupées le mois dernier ont juste la taille qui convient. Rafraîchissante et pleine de vitamine C, exactement ce qu’il me fallait.

L’ortie et le concombre ont peu de goût, il est donc impératif de relever cette soupe par des aromates et des épices. J’ai mis ce que je trouvais dans mon placard: curcuma, paprika, cardamome. Mais la prochaine fois je testerai avec des poivrons, et/ou du lierre terrestre.

Ingrédients pour 4:

  • 3 belles poignées d’orties (jeunes feuilles du haut ou toute la plante suite à une repousse)
  • 1 concombre
  • 1 oignon frais
  • 1 gousse d’ail (ou de l’ail des ours, et/ou de l’alliaire)
  • 2 càs d’huile d’olive
  • 1 càs de vinaigre de cidre (ou plus selon les goûts)
  • épices (piments, curcuma,)
  • eau
  • sel, poivre

Préparation:

  • Otez les feuilles d’orties. Lavez les avec de l’eau vinaigrée. Coupez les au ciseau en lanières grossières.
  • Hachez l’ail (ou l’ail des ours, ou l’alliaire) et l’oignon.
  • Coupez le concombre en petits carrés.
  • Faites cuire le concombre, l’ail ,l’oignon, l’huile et le vinaigre sans eau à feu doux environ 20 mn  dans une casserole couverte, en remuant.
  • Ajoutez les orties et toutes les épices, couvrez d’eau. Laissez cuire encore environ 15 mn.
  • Mixez au mixer plongeant. Passez la soupe au chinois. Rectifiez l’assaisonnement en fonction de vos goûts. Laissez refroidir au réfrigérateur. Cette soupe se sert glacée.
  • Au moment de servir, vous pouvez ajouter un peu de crème ou de fromage.