PETITS GATEAUX DE NOEL SALES ET SUCRES

Je ne suis pas beaucoup sortie à la recherche d’herbes ou de fruits sauvages dernièrement, j’avoue, même si j’ai fait de la marche. Un temps maussade depuis trois semaines et de gros problèmes de dos m’en ont empêché. Et puis, Noël arrive et je me consacre à pas mal de choses y compris de la cuisine (classique).

En compensation je voulais vous faire un tableau des vitamines comprise dans les « mauvaises herbes », pour les utiliser en cuisine à bon escient. Je le ferai bientôt, c’est un peu long à construire. Et puis, hier j’ai passé l’après midi à faire des bredele (ou petits gâteaux de Noel) , une institution en Alsace. J’avais même une collègue qui prenait une semaine de congé en novembre pour faire plusieurs dizaines de kilos de ces merveilles! Elle en amenait une grosse boite au bureau, pleines de sortes différentes de gourmandises. Habituellement et traditionnellement ils sont sucrés. Les plus connus sont ceux à la cannelle.

J’en ai fait plusieurs sortes hier et je vais vous donner les recettes de ces délices. Les salés, originaux, ont beaucoup de succès!

Je vous avais déjà parlé des salés l’an dernier et je les ai refait:

http://www.jecuisinesauvage.fr/2017/12/18/petits-gateaux-de-noel-bredele-sales-au-serpolet-et-a-lhuile-dolive/

http://www.jecuisinesauvage.fr/2017/12/11/bredele-petits-gateaux-de-noel-sales-au-comte-et-aux-noix/

Je n’ai pas refait de petits gâteaux au lierre terrestre mais ils sont toujours aussi bons:

http://www.jecuisinesauvage.fr/2017/06/14/petits-sables-bredele-au-lierre-terrestre/

Par contre cette année j’ai utilisé ma confiture de fleurs de sureau pour faire des petits gâteaux de Noël à la confiture (et il n’y en a déjà presque plus dans la boite, on a tout « goûté », pendant l’après midi!)

Ingrédients pour une vingtaine de sablés:

  • 250g de farine
  • 100g de sucre en poudre
  • une pincée de sel
  • 120g de beurre mou
  • 1 œuf
  • 1 cuil. à café d’extrait de vanille liquide
  • sucre glace
  • confiture de sureau

Préparation:

  • Mélangez  la farine avec le sucre, et la pincée de sel. Incorporez le beurre coupé en petits dès en mélangeant du bout des doigts jusqu’à obtenir une pâte sableuse.
  • Ajoutez l’œuf et l’extrait de vanille puis mélangez tout en formant une boule. Filmez et mettre au réfrigérateur 1 heure.
  • Préchauffez le four à 180°C.
  • Étalez la pâte à l’aide d’un rouleau à pâtisserie, sur environ 5mn d’épaisseur, entre deux feuilles de papier cuisson.
  • Découpez vos biscuits à l’aide d’emportes-pièces (découpez les biscuits par paires).  Sur un des deux biscuits de la paire faites un trou au milieu. Placez les biscuits sur une plaque recouverte de papier cuisson.
  • Enfournez environ 12 minutes en surveillant en fin de cuisson, les biscuits doivent être légèrement dorés. Laissez refroidir sur une grille.
  • Saupoudrez de sucre glace la partie des biscuits avec le trou. Etalez la confiture sur l’autre partie puis les superposer.
  • Conserver une bonne semaine dans une boîte hermétique.

Et régalez vous!

PETITE SALADE AUX TRESORS DU POTAGER

Hier je voulais aller me balader sur les collines vosgiennes, dans les vignes, dans un coin où il me semblait avoir vu un néflier l’an passé.

J’aimerais goûter ce fruit et vous faire partager mes essais culinaires. Malheureusement un temps gris et brouillasseux m’a découragée.  Il devait faire beau en altitude vers 1000 m,  mais pas là où j’avais prévu de me promener. J’ai donc décidé de m’occuper de mon potager, délaissé depuis presque deux mois, pour cause de sécheresse: j’attendais la pluie pour en ameublir le sol dur comme du béton et pouvoir le nettoyer pour l’hiver.

Et là, belle surprise: mon potager était recouvert de mauvaises herbes. Comment ça, belle surprise me direz-vous? Pourquoi te réjouis-tu du travail à accomplir? Je me réjouis depuis que les « mauvaises » herbes sont devenues mes amies, et surtout quand elle sont comestibles. La petite pluie de la semaine dernière et surtout l’humidité nocturne (et parfois diurne, hélas), permettent une repousse des plantes qui nous offrent leur jeune saveur.

Dans mon potager, devinez quoi qui n’ya? il y a :

De la lampsane en rosette au goût de pissenlit

 

 

 

 

du pissenlit

 

 

 

 

de la cardamine hérissée au goût de cresson

 

 

 

 

du lierre terrestre au goût de menthe poivrée

 

 

 

 

de la bourrache

 

 

 

 

 

 

des pâquerettes

 

 

 

 

Et puis, plantées, de la capucine dont les fleurs et les feuilles, piquantes, se mangent et des tomates cerises (oui, il y en a encore, au mois de novembre). Pour la capucine je ferai des câpres de capucine aussi, dont je vous donnerai la recette.

J’y ai ajouté des noix ramassées au cours de mes marches.

Me voilà donc avec ma petite salade gorgée de vitamines  (pas trop de lierre terrestre qui a un goût très fort) qui accompagne des lasagnes maison; miam!

Je ne vous donne pas de proportions, à vous de mélanger ce que vous trouverez au sol avec une vinaigrette à votre goût (moi j’aime l’huile d’olive et le vinaigre balsamique)

Bon appétit!

 

SOUPE FROIDE DE CONCOMBRES AUX NOIX

Le temps est vraiment étrange cette année. Il a fait beau et sec depuis le mois de mai, et en ce 15 septembre il fait encore chaud. Non que je m’en plaigne parce que j’ai pu passer tous ces mois dehors, dans le jardin ou en balade, et cela convient tout à fait à mon besoin de nature.

Mais du coup, mes recettes s’adaptent, non seulement à ce que je ramasse mais aussi à la température extérieure.  Ainsi, aujourd’hui, avec le nième « dernier » barbecue de la saison, je vais nous faire une soupe froide au concombre et aux noix. Parce que oui, on trouve déjà des noix bonnes à manger. C’est sans doute un peu tôt, mais la chaleur a avancé toutes les floraisons et fructifications d’au moins quinze jours cette année. Les vendanges sont presque déjà terminées. Les feuilles jaunissent et commencent à tomber. J’ai ramassé des pommes et cueilli du raisin. Les nuits sont froides malgré la chaleur diurne. Etrange mélange. (Bon, cela dit, j’ai déjà fait des raclettes et allumé ma cheminée  en plein mois de juillet, pour une fois que ça va dans l’autre sens, je ne vais pas me plaindre! )

Du coup ma soupe mélange été et automne.

Ma recette d’aujourd’hui est tirée d’une recette turque, le cacik. Je ne connais pas mais il semble que cette soupe se mange en accompagnement et/ou en sauce. J’ai trouvé des recettes assez différentes, avec et sans noix. Les puristes qui connaissent excuseront les libertés prises avec la recette d’origine. Ce sera en accompagnement pour moi, et pour le yaourt qui sert de base, j’ai pris du yaourt de chèvre que j’aime bien mais on peut faire ce qu’on veut.

Ingrédients pour 4 personnes:

  • 3 petits concombres turcs ou un grand concombre
  • 1 kilo de yaourt très épais
  • 2 gousses d’ail
  • 1/2 bouquet de persil plat
  • 1/2 bouquet d’aneth
  • 3 càs de cerneaux de noix
  • 2 càs d’huile d’olive
  • 2 branches de menthe fraîche (ou de lierre terrestre )
  • Sel

Préparation:

  • Ouvrez les noix et concasser les grossièrement. Réservez.
  • Hachez le persil, l’aneth et l’ail,  et coupez la menthe ou le lierre terrestre en petits morceaux
  • Pelez les concombres et coupez les en tous petits dés.
  • Dans un saladier, mélangez le yaourt et 25 cl d’eau froide. Assaisonnez en sel à votre goût.
  • Ajoutez les concombres et mettez le tout au frais .
  • Au moment  de servir, ajoutez les herbes, l’ail, parsemer de noix et d’huile d’olive. Rectifiez l’assaisonnement.

N’hésitez pas à consulter mes autres recettes à base de noix!

SORBET AUX MYRTILLES SAUVAGES ET LIERRE TERRESTRE

Voici encore une recette froide, et même plus que froide, glacée! La canicule ne cède pas d’un pouce, et il devient difficile de cuisiner. Ça tombe bien, nous avons moins faim également.

Les myrtilles, l’or bleu des Vosges, me ramènent à mon enfance et à mon adolescence de cueillette de ces délicieuses petites boules bleues qui éclatent sous la langue et dont la pulpe laisse un goût à la fois sucré et acidulé. Elles sont pleines de vitamine C, ce qui ne gâte rien!

J’avais dégusté il y a plusieurs années un sorbet délicieux dans une ferme auberge de montagne, j’en avais gardé un souvenir ébloui et la chaleur m’a donné envie d’en refaire.

Si vous n’avez pas de myrtilles sauvages sous la main, vous pouvez utiliser des myrtilles cultivées fraîches ou surgelées.

Pour plus de fraîcheur, j’ai ajouté quelques feuilles de lierre terrestre dont le gout poivré/mentholé se marie fort bien à celui de la myrtille.

 

 

 

 

 

Ingrédients (pour 1 l)

  • 700 g de myrtilles
  • 90 g de sucre
  • Le jus d’un citron

Préparation:

  • Lavez les fruits
  • Réservez en une poignée pour la décoration
  • Faites les cuire dans une casserole avec le sucre et le jus de citron environ 10mn selon la grosseur du fruit, en remuant. Il faut que les myrtilles « éclatent » pour qu’elles rendent leur jus.
  • Laissez tiédir.
  • Mixez.
  • Faites prendre le sorbet à la sorbetière (environ 40 à 45 mn)
  • Servez en y ajoutant le fruits entier réservés et quelques feuilles de lierre terrestre

TABOULE AUX PLANTES SAUVAGES (AIL DES OURS, ALLIAIRE, TREFLE, PRIMPRENELLE)

En ce moment, la météo nous offre un délicieux printemps comme nous n’en n’avons pas connu depuis des lustres. L’Alsace est une terre de contrastes, et habituellement nous sautons directement de l’hiver à l’été sans passer par la case printemps. Cela dit, certaines températures ont fleurté et fleurtent encore avec les 30 degrés. Voilà des mois d’avril et de mai dignes des plus beaux étés.

En ces jours de chaleur, j’avais envie de préparer un plat simple et froid. Après 7 mois de raclettes, les salades sont les bienvenues! Mais ça  ne tient pas au corps pour mes adolescents gros mangeurs, aussi j’ai privilégié le taboulé, que j’ai même pu préparer en avance.

Et pourquoi pas un taboulé aux herbes sauvages? J’ai trouvé l’idée sur l’excellent site cuisinesauvage.org, dont je m’inspire quelques fois.

La nature regorge de richesses printanières, en ce moment. Feuilles et fleurs s’offrent à nos plaisirs gustatifs en grand nombre. Leur variété est énorme et je me demande à quel moment de l’histoire, nous avons délaissé tous ces plaisirs gourmands pour ne nous intéresser qu’à quelques plantes potagères. La durée de vie des plantes sauvages est courte, pour la plupart en tout cas, mais elle est compensée par la diversité des goûts.

Certaines d’entres elles se classent plutot dans la catégorie « condiments ». Les quatre plantes suivantes notamment.

L’ail des ours. Il  se trouve en tapis verdoyant dès avril, et on peut consommer feuilles et fleurs. Il a, comme son nom l’indique, un goût d’ail.

 

 

 

 

L’alliaire. plante très courante, qu’on rencontrera souvent à proximité de l’ail sur les chemins forestiers, cette plante a également un goût d’ail, mais moins prononcé que celui de l’ail des ours.

 

 

 

 

 

Le lierre terrestre, en fleurs en ce moment, a un goût de menthe poivrée.

 

 

 

 

La pimprenelle, (quel joli nom), a un goût de concombre. Elle se cueille dans les champs.

 

 

 

 

 

Le trèfle des prés qu’on ne présente plus a un léger goût de petits pois.

 

 

 

 

Ingrédients:

  • Une grosse poignée de plantes sauvages
  • 200 g de semoule de couscous (grain moyen)
  • 3 tomates
  • 1 concombre
  • huile d’olive
  • 1 citron
  • sel, poivre

Préparation:

  • Lavez les herbes avec trois eaux vinaigrées
  • Hachez- les
  • Versez la semoule dans un grand saladier
  • Ajoutez dessus l’huile d’olive (pas trop) et le jus de citron
  • Coupez les tomates et le concombre en petits cubes
  • Mélangez la semoule, les herbes, les tomates et le concombre. Salez, poivrez.
  • Laissez la semoule absorber l’huile au réfrigérateur une bonne heure. Vérifiez que les grains sont moelleux et se détachent bien.
  • Servez et dégustez. Bon appétit!

BRICKS AU CHEVRE MIEL ET LIERRE TERRESTRE

Je vous l’ai dit, le lierre terrestre fait partie de mes plantes préférées. J’aime son goût fort et poivré, proche de la menthe que j’affectionne. Envahissant, il a la gentillesse de pousser dans mon jardin et il me suffit de faire quelques pas pour le cueillir, quasiment toute l’année.

Pour le savourer, je détourne avec bonheur des recettes prévues initialement avec de la menthe. C’est toujours un régal.

Je vous invite à aller regarder ce que je vous ai déjà proposé: des tartines au chèvre et lierre terrestre, de la soupe glacée de pêche au lierre terrestre ou du cocktail au lierre terrestre en suivant ces liens:

TARTINES DE CHÈVRE AU LIERRE TERRESTRE

http://www.jecuisinesauvage.fr/2017/06/25/soupe-glacee-de-peches-au-lierre-terrestre/

COCKTAIL AU LIERRE TERRESTRE

Tout est délicieux!!

Cette fois-ci, j’ai hésité entre des bricks de chèvre à l’ail des ours et ceux-ci, que je vous propose. Mon fils a voulu tester les bricks au lierre terrestre. Vendu!

Ces bricks peuvent se servir en apéritif ou en plat principal avec une salade.

Ingrédients:

Pour 16 pièces il vous faut:

  • 8 feuilles de brick
  • 400 g de chèvre frais (petit billy par ex)
  • une grosse poignée de lierre terrestre
  • 40 g de pignons de pin
  • 4 càc de miel (montagne pour moi, je préfère)
  • 30 g de beurre
  • sel, poivre

Préparation:

  • Lavez les feuilles de lierre terrestre à l’eau vinaigrée. Ôtez les feuilles. Hachez- les.
  • Faites légèrement griller les pignons de pin à la poêle sans matière grasse.
  • Mélangez le chèvre, les pignons, le lierre terrestre, le miel, le sel et le poivre. Ajustez l’assaisonnement  (vous pouvez ajoutez plus de miel si vous le souhaitez)
  • Coupez chaque feuille de brick en deux.
  • Repliez la demi-feuille dans le sens de la longueur pour en faire une bande
  • Mettez une cuillère à soupe de chèvre sur le bout de la bande.
  • Repliez en triangle, puis continuez à plier en triangle jusqu’au bout de la bande.
  • Rentrez le petit bout restant dans le triangle pour refermer le brick.

 

 

 

 

 

 

 

 

Déposez les bricks sur une plaque, sur du papier sulfurisé.  Enduisez-les de beurre fondu.

  • Faites cuire à 180 ° 15 mn jusqu’à ce qu’il soient dorés.

Dégustez ! Bon appétit!