POELEE DE MURES EN GATEAU CARAMELISE

Si vous êtes gourmand comme moi, rien que le titre de la recette devrait vous faire saliver! Moi c’est la photo, et la simplicité qui m’ont décidée à essayer cette recette (et puis aussi le fait de ne pas devoir allumer mon four par ces températures caniculaires). ce dessert se déguste aussi bien en petit déjeuner qu’en dessert justement, en goûter ou à tout moment!

C’est en montagne lors d’une balade pour faire de la photo que je suis tombée sur des mûriers et je n’ai pas pu résister!

Je cherchais des idées de salades salées sucrées, et puis finalement je me suis laissée tenter par ce dessert gourmand.

Ingrédients:

  • 250 g de mûres
  • 10 cl de lait
  • 2 oeufs
  • 50 g de beurre salé (30 +20)
  • 80 g de farine
  • 1/2 sachet de levure chimique
  • 100 g de sucre
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 1 pincée de sel

Préparation:

  • Dans un saladier mélangez la farine, le sel, la levure et la moitié du sucre. Incorporez ensuite 30 g de beurre, les oeufs et le lait.
  • Faites fondre doucement les 20 g de beurre restant dans une  poêle ( j’ai pris une poêle de 28 cm de diamètre)
  • Mettez les mûres dans un saladier et saupoudrez de sucre. Mélangez.
  • Versez les mûres dans la poêle en les répartissant.
  • Versez la pâte par dessus et laissez cuire à feu très doux pendant environ 15 mn
  • Quand la pâte est suffisamment ferme et cuite , versez par dessus le restant de sucre + le sucre vanillé.
  • Retournez à l’aide d’un assiette et faites caraméliser encore 5 mn.
  • Dégustez chaud ou tiède

GRANITE AUX BAIES DE SUREAU ET A LA MENTHE SAUVAGE

De retour de vacances, je me remets à cuisiner. Ce n’est pas que je n’avais rien sous la main pour le faire, c’est que je n’avais pas envie (trop chaud) et surtout pas vraiment le temps, avec toutes ces visites. Et puis quoi ramasser en Dordogne? Je ne me suis pas promenée dans la nature, il faisait bien trop chaud! (par contre, j’ai mangé un de ces plats à faire en automne avec des plantes sauvages, une tuerie, je vous mettrai ça en temps et en heure…)

Après les toutes jeunes pousses de fin d’hiver, puis les jeunes feuilles du printemps, les fleurs de fin de printemps, voici les fruits et les baies. Il y a l’embarras du choix et parmi les baies, une de mes préférées,  la baie de sureau et son goût si particulier, qui se marie aussi bien avec le sucré que le salé.

Les températures actuelles donne envie de (très) frais, voire glacé. Je nous ai donc trouvé une recette bien froide de granité aux baies de sureau, à agrémenter de menthe (ou de lierre terrestre si vous préférez).

Ingrédients:

  • 150 g de baies de sureau
  • 10 feuilles de menthe fraiche
  • 3 dl d’eau
  • 3 càs de sucre
  • 3 blancs d’oeuf
  • 3 càs de ricotta
  • 3 càs de sucre glace
  • 1 pincée de poivre

Préparation: (attention le sureau est très salissant)

  • Egrenez les baies de sureau en ne conservant que celles qui sont bien noires et brillantes (mûres mais pas trop)
  • Lavez-les
  • Mixez-les avec l’eau et le sucre
  • Passez le tout au chinois et laissez prendre au congélateur
  • Montez les blancs en neige très ferme
  • Mélangez le sucre glace, la ricotta et le poivre. Incorporez doucement les blancs en neige.
  • Laissez prendre 3/4h au réfrigérateur
  • Dressez votre dessert:
  • Mettez du granité dans une coupelle, posez par dessus un peu de mélange blanc et décorez de feuilles de menthe.

 

 

 

CREME BRULEE A LA REINE DES PRES

Le temps magnifique de ces derniers jours, et la perspective des orages pour le week-end (qui ont déjà commencés ce matin), m’a donné envie de faire une belle balade dans les Vosges hier, et j’ai bien fait!

C’était la première sortie d’après le confinement, et à bien y réfléchir, la première grande sortie depuis l’automne, puisque avant le confinement il y a eu l’hiver, puis une belle bronchite , bref…

Quel bonheur le soleil et le vent à 1000 m d’altitude! (Bon, du coup j’ai attrapé un magnifique coup de soleil mais ça n’est pas grave, c’était trop bon). Bien sûr, comme d’habitude j’ai regardé autour de moi ce qui poussait de mangeable, mais il y avait surtout de l’herbe et des arbres.

J’ai quand même vu pas mal de digitales (bien sûr à ne surtout ni manger ni même toucher), dont les belles clochettes pourpres ensoleillaient notre chemin

Des campanules aussi, puis des compagnons roses, du trèfle, des myrtilles, pas beaucoup et pas tout à fait mûres, des fraises des bois (une petite poignée vite dégustée), des mûriers, et d’autres plantes non comestibles, des champignons sans doute des amanites.. 

Mais surtout, surtout, le long des pentes, il y avait plein de  reine des prés, qui poussaient, comme leur nom ne l’indique pas, dans la forêt et non pas les prés…allez comprendre…

Difficile de les manquer ces grands plumeaux blancs à flan de pente!

Je vous avais déjà mis le lien vers doctissimo pour une description plus thérapeutique de la plante ici. Je crois d’ailleurs que je vais tester la plante séchée (qui contient de l’acide salicylique contrairement à la plante fraîche), pour mes maux divers et variés (on rajeunit pas ma brav’ dame 😉

J’ai trouvé une recette de crème brûlée à la reine des prés. D’ailleurs j’en ai trouvé plusieurs avec des proportions très différentes les unes des autres. J’en ai choisi une. Sachez seulement qu’il vous faudra un gros bouquet de reine des prés, d’autant qu’il ne faut prendre que les fleurs à maturité (comme pour toutes les recettes, c’est dans le pollen que semble se nicher le goût), et qu’elles ne le sont pas toutes au même moment sur une tige. Il vous faudra effleurer celles qui sont bien ouvertes.

Ingrédients:

  • 25 cl de crème fraîche
  • 25 cl de lait
  • 6 jaunes d’œufs
  • 75 g de sucre
  • 50 g de fleurs de reine de prés

Préparation:

  • Lavez très rapidement les fleurs (ou secouez les simplement pour enlever les petit hôtes, si vous les avez cueillies dans une zone très protégée de la pollution)
  • Effleurez les parties bien ouvertes
  • Faites bouillir le lait et la crème dans une casserole, ajoutez les fleurs et laissez infuser au moins 1/2h
  • Filtrez en pressant bien les fleurs pour en exprimer tout l’arôme
  • Pendant ce temps faites blanchir les jaunes d’œufs avec le sucre
  • Versez ce mélange sur le lait+ crème infusé, mélangez bien.
  • Versez la préparation dans des petits ramequins
  • Cuisez au four Th 3  90° pendant environ 1 h
  • La crème doit être tremblotante au milieu
  • Vous pouvez ajouter dessus de la cassonade et la faire caraméliser avec un chalumeau ou au four
  • Dégustez tiède ou froid, et vous pouvez comme moi ajouter des myrtlles ou des framboises !

 

 

FLEURS CRISTALLISÉES

C’est en feuilletant quelques livres de recettes sauvages que je suis tombée sur celle des fleurs cristallisées. Le livret de recettes édité par l’abbaye de Valloires dont le petit restaurant sert des plats à base de plantes sauvages (divinement bons, nous y avons mangé), m’a tout de suite tentée.

 

 

 

 

 

Je ne m’étais pas risquée à tester les fleurs cristallisées auparavant, mais les photos détaillées du livret m’ont décidée.

Puisque j’ai découvert avec ravissement en créant ce blog que nombre de fleurs se consomment, je n’allais pas laisser passer ça! J’adore les mettre dans les salades pour donner du pep’s, c’est si joli. Et tant qu’à faire, autant absorber leurs nutriments et leur goût parfois prononcé comme celui de la capucine.

L’abbaye  de Valloires travaille beaucoup les roses, et ça tombe bien elles sont en fleurs dans mon jardin.

J’ai trouvé des pensées sauvages, et j’ai voulu essayer aussi avec des coquelicots mais leur pétale est trop fin et se plie pendant le trempage dans le blanc d’œuf. Si vous êtes plus minutieux que moi peut-être y arriverez vous quand même.

Un conseil donc: prendre des pétales assez épais ou des fleurs pouvant se tremper entières par la tige. Je réessayerai avec des fleurs de mauve, des violettes, des capucines…

Ustensiles nécessaires:

  • Un plat pour mettre le blanc d’œuf et faire tremper les fleurs
  • Une assiette pour saupoudre le sucre sur les fleurs au dessus
  • Un plat ou une assiette pour laisser sécher les fleurs
  • Une fourchette
  • Une pince à épiler
  • Du papier absorbant

Ingrédients: 

  • 1 ou 2 blancs d’œuf
  • pétales et boutons de fleurs (ou petites fleurs entières)
  • 250 g de sucre cristallisé

Préparation:

  • Laver rapidement vos fleurs
  • Posez-les sur le papier pour les faire sécher

  • Battez rapidement le blanc d’œuf sans le monter en neige
  • Déposez délicatement les pétales avec la fourchette ou la pince à épiler dans le blanc pour qu’ils soient bien recouverts, retournez-les au besoin pour les recouvrir de chaque côté.
  • Avec la pince à épiler saisissez chaque pétale, tenez-le au dessus de l’assiette et, avec l’autre main, saupoudrez-le bien partout de sucre cristallisé . Il faut que le pétale ou la fleur soit entièrement recouvert.
  • Enlevez doucement l’excédent de sucre  et déposez le pétale ou la fleur sur du papier absorbant. La fleur doit être enrobée mais sans excès sinon vous n’aurez qu’un morceau de sucre en bouche sans le goût de la fleur.

  • Laissez sécher à l’air libre 24h.
  • Décorez vos desserts gourmands!
  • Les fleurs se conservent deux à trois semaines dans une boite ou un récipient  recouvert de film alimentaire percé de trous pour laisser passer l’air.

MOELLEUX AU CHOCOLAT ET LIERRE TERRESTRE

D’habitude je pars des plantes sauvages que je trouve pour cuisiner une recette. Là j’ai fait le contraire: il pleut pour la première fois depuis longtemps et j’avais très (vraiment très) envie de gâteau au chocolat, allez savoir pourquoi.

Un petit truc gourmand qui fait chaud à  l’âme quand il fait moche, sans doute (quoi je suis gourmande? bah oui!) 🙂 …

Je me suis demandée avec quoi associer le chocolat et j’ai trouvé une recette de moelleux au lierre terrestre, exactement ce qu’il me fallait puisque le lierre terrestre pousse en quantité dans mon jardin. Menthe et chocolat, une association classique. Lierre terrestre au goût de menthe poivrée et chocolat, association qui ne pouvait être que bonne!

Vous pouvez prendre un moule à manqué classique (je ne connais pas les dimensions), ou comme moi, des moules à muffins. J’avais de quoi faire 12 muffins de 6 cm + comme il me restait encore de la pâte, j’ai complété par des moules en aluminium que j’avais retrouvé au fond de mon placard, il y en a 4 deux fois plus grand que les premiers.

 

 

 

Ingrédients:

  • 100 g de farine
  • 130 g de beurre (+ beurre pour les moules)
  • 200 g de chocolat noir
  • 6 œufs
  • 200 g de sucre
  • 1 poignée de lierre terrestre

Préparation:

  • Lavez et hachez les feuilles de lierre terrestre
  • Faites fondre le beurre et le chocolat et mélangez. Ajoutez le lierre terrestre et mélangez bien. Réservez.
  • Mélangez le sucre et les œufs.
  • Ajoutez lentement la farine tout en continuant à mélanger.
  • Ajoutez le mélange beurre/chocolat et mélangez bien.
  • Beurrez le ou les moules et versez la pâte (ça le lève pas, vous pouvez remplir)
  • Faites cuire une vingtaine de minutes à 180° ( en fonction de la taille de votre moule, l’intérieur sera plus ou moins moelleux

Dégustez tout seul, ou avec une glace, ou des fraises et des framboises!

 

COOKIES AU SIROP DE FLEURS DE TREFLE

L’autre jour lorsque je me suis baladée dans la campagne, pour chercher du trèfle, c’est parce que j’avais vu sur l’excellent site de « Mon chalet en morvan » plusieurs recettes qui découlaient des deux premières : celles de la gelée et du sirop de fleurs de trèfles que je vous ai proposées ici

Forcément, la gourmande que je suis n’a pas hésité à essayer et à vous faire goûter aussi!

Voici des délicieux cookies, ou palets, qui ne vont pas faire long feu je crois. Leur goût délicat est indéfinissable mais léger et ils se marient à merveille avec glaces et sorbets et crèmes.

 

 

Ingrédients pour une trentaine de petits cookies:

  • 220 g de farine
  • 1/2 càc de levure chimique
  •  1 oeuf
  • 60 g de cassonade
  • 75 g de beurre fondu
  • 15 cl de sirop de trèfle

Préparation:

  • Mélangez tous les ingrédients dans un saladier
  • Laissez reposer au frigo 15 mn
  • Façonnez des petites boules de la taille d’une noix que vous placez sur une plaque recouverte de papier sulfurisé. Si la pâte est trop collante n’hésitez pas à ajouter un peu de farine (c’est ce que j’ai fait).
  • Aplatissez légèrement les boules avec la paume de la main
  • Enfournez à 180° pour environ 15 mn