PATE DE FRUITS AUX NEFLES

Depuis hier le soleil a percé les nuages et le beau temps s’est imposé. Ça ne fait pas de mal, j’ai l’impression d’hiberner depuis deux mois, entre le froid, un peu de neige et ce temps gris et bas que nous avons en Alsace en hiver, j’attends le printemps avec impatience. Donc,  j’en ai profité pour marcher un peu. J’avais une course à faire et du coup je suis partie à pied et j’ai fait des détours pour profiter du soleil et regarder ce qui pousse. Malheureusement, il n’y a pas encore grand chose.

J’ai eu beau coller mon nez à ras des plantes notamment dans mon jardin qui est un bon indicateur, il n’y a pas : c’est gelé!

Alors je suis allée voir le néflier que j’avais repéré dans un jardin cet automne. Il était recouvert de nèfles blettes, même un peu trop pour certaines. Mais ce n’est pas grave. Comme les cynorhodons, ce sont blettes qu’elles se dégustent.  Elles font donc partie des trésors de l’hiver, même si on est pas obligé d’attendre janvier pour les avoir mûres.

J’ai hélé le voisin qui passait par là et nous avons sonné chez le propriétaire qui m’a gentiment permis de cueillir les fruits dont j’avais besoin (avec la promesse de lui faire goûter ma recette). Me voilà de retour avec mes blettes.

J’avoue que je n’en n’avais jamais goûté (comme à peu près tout ce que je cuisine depuis que j’ai commencé ce blog, ce qui n’est pas pour me déplaire, j’adore goûter des nouvelles saveurs). J’ai été séduite par leur goût vineux. C’est un peu étrange et fort mais pas mauvais. Il faut encore attendre plusieurs jours que les pâtes de fruits soient sèches pour vraiment savoir quel goût ça a. J’ai vu qu’on pouvait mélanger les nèfles avec des pommes pour adoucir le goût, ou enrober les pâtes de chocolat (miam!) . Je testerai.

 

 

 

 

 

Ingrédients:

  • nèfles blettes
  • sucre + sucre cristallisé
  • eau
  • agar agar (4g/litre)
  • jus de citron

Préparation:

  • Préparer les fruits : laver les nèfles. Les déposer entières dans une casserole, ajouter 1/3 du volume en eau. Cuire +/- 20 minutes. Lorsqu’elles se défont, les verser dans une passoire fine et presser fortement à l’aide d’une spatule pour en extraire la pulpe. Si besoin, ajouter un peu d’eau pour faciliter l’opération. Peser la pulpe recueillie, verser dans une casserole, ajouter le sucre, quelques gouttes de jus de citron et l’agar-agar.
  • Préparation de la pâte : bien mélanger et cuire à feu doux sans cesser de remuer jusqu’à ce que la pâte se détache bien du fond.
  • Réaliser les formes : tapisser le fond d’un moule de papier sulfurisé, verser la préparation dessus, égaliser la surface à la spatule. Laisser refroidir une dizaine de jours à température ambiante (oui ce sont bien des jours, pour que ça sèche, sinon ça colle). Découper la pâte de fruit en carré.
  • Rouler les carrés dans le sucre cristallisé ou du chocolat fondu.

PETITS GATEAUX DE NOEL SALES ET SUCRES

Je ne suis pas beaucoup sortie à la recherche d’herbes ou de fruits sauvages dernièrement, j’avoue, même si j’ai fait de la marche. Un temps maussade depuis trois semaines et de gros problèmes de dos m’en ont empêché. Et puis, Noël arrive et je me consacre à pas mal de choses y compris de la cuisine (classique).

En compensation je voulais vous faire un tableau des vitamines comprise dans les « mauvaises herbes », pour les utiliser en cuisine à bon escient. Je le ferai bientôt, c’est un peu long à construire. Et puis, hier j’ai passé l’après midi à faire des bredele (ou petits gâteaux de Noel) , une institution en Alsace. J’avais même une collègue qui prenait une semaine de congé en novembre pour faire plusieurs dizaines de kilos de ces merveilles! Elle en amenait une grosse boite au bureau, pleines de sortes différentes de gourmandises. Habituellement et traditionnellement ils sont sucrés. Les plus connus sont ceux à la cannelle.

J’en ai fait plusieurs sortes hier et je vais vous donner les recettes de ces délices. Les salés, originaux, ont beaucoup de succès!

Je vous avais déjà parlé des salés l’an dernier et je les ai refait:

http://www.jecuisinesauvage.fr/2017/12/18/petits-gateaux-de-noel-bredele-sales-au-serpolet-et-a-lhuile-dolive/

http://www.jecuisinesauvage.fr/2017/12/11/bredele-petits-gateaux-de-noel-sales-au-comte-et-aux-noix/

Je n’ai pas refait de petits gâteaux au lierre terrestre mais ils sont toujours aussi bons:

http://www.jecuisinesauvage.fr/2017/06/14/petits-sables-bredele-au-lierre-terrestre/

Par contre cette année j’ai utilisé ma confiture de fleurs de sureau pour faire des petits gâteaux de Noël à la confiture (et il n’y en a déjà presque plus dans la boite, on a tout « goûté », pendant l’après midi!)

Ingrédients pour une vingtaine de sablés:

  • 250g de farine
  • 100g de sucre en poudre
  • une pincée de sel
  • 120g de beurre mou
  • 1 œuf
  • 1 cuil. à café d’extrait de vanille liquide
  • sucre glace
  • confiture de sureau

Préparation:

  • Mélangez  la farine avec le sucre, et la pincée de sel. Incorporez le beurre coupé en petits dès en mélangeant du bout des doigts jusqu’à obtenir une pâte sableuse.
  • Ajoutez l’œuf et l’extrait de vanille puis mélangez tout en formant une boule. Filmez et mettre au réfrigérateur 1 heure.
  • Préchauffez le four à 180°C.
  • Étalez la pâte à l’aide d’un rouleau à pâtisserie, sur environ 5mn d’épaisseur, entre deux feuilles de papier cuisson.
  • Découpez vos biscuits à l’aide d’emportes-pièces (découpez les biscuits par paires).  Sur un des deux biscuits de la paire faites un trou au milieu. Placez les biscuits sur une plaque recouverte de papier cuisson.
  • Enfournez environ 12 minutes en surveillant en fin de cuisson, les biscuits doivent être légèrement dorés. Laissez refroidir sur une grille.
  • Saupoudrez de sucre glace la partie des biscuits avec le trou. Etalez la confiture sur l’autre partie puis les superposer.
  • Conserver une bonne semaine dans une boîte hermétique.

Et régalez vous!

PAIN D’EPICES A LA GELEE DE SUREAU

Ces jours-ci, le temps est carrément passé de l’été à l’hiver, avec des flocons dans le sud de la France et, ici en Alsace un temps plus que maussade. Le froid, les nuages bas, le vent et la pluie se conjuguent pour me filer le cafard… Pourtant on l’attendait avec impatience, cette pluie nourricière de la terre, mais heure d’hiver oblige, la nuit tombe vite et…

Bref pour me remonter le moral j’ai eu envie de faire un gâteau. Je voulais quelque chose dont l’odeur évoque le cocooning, le plaisir de l’hiver… Et puis je cherchais quoi faire de ma gelée de sureau. Nous ne sommes pas de gros consommateurs de confiture et il m’en reste de mes essais culinaires pour le blog..

En cherchant sur le net comment marier mes souhaits, je suis tombée sur une recette de pain d’épices à la  confiture. J’y ai remplacé la confiture indiquée par ma gelée de sureau et voilà!

Le résultat est conforme à mes envies: pas trop sucré, il se déguste aussi bien en goûter (avec un peu de confiture de cynorhodon par dessus, pourquoi pas?), ou avec du foie gras par exemple. Le mien est un peu fort en épices parce que je n’ai pas trouvé de 4 épices au supermarché et que j’ai fait mon mélange maison avec ce que j’avais sous la main.

Ingrédients pour un moule à cake:

  • 300 g de farine
  • 50g de sucre roux
  • 1 càc de cannelle + 1 càc de 4 épices
  • 1 càc de levure chimique
  • 1 càc de bicarbonate
  • 1 grosse pincée de sel
  • 3 càs  de miel liquide doux (acacia, oranger)
  • 130 ml d’eau très chaude
  • 60 g de beurre fondu
  • 3 càs de  confiture de sureau
  • oranges confites (facultatif)

Préparation:

  • Préchauffez votre four à 150°
  • Dans un saladier mélangez la farine,le sucre,les épices, les levures, le sel. Réservez
  • Dans un autre saladier, mélangez le miel, l’eau chaude, la  confiture et le beurre fondu jusqu’à ce que le mélange soit homogène.
  • Versez y ensuite les ingrédients secs et mélangez jusqu’à obtenir une pâte homogène. Ajoutez les morceaux d’orange confite et mélangez encore.
  • Chemisez le moule avec du papier sulfurisé (étape obligatoire parce que sinon ça colle)
  • Versez la pâte dans le moule et enfournez 45 mn.

 

TIRAMISU POIRES CHATAIGNES

Cette année est vraiment bénie des dieux. Pour mon blog, bien sûr: un temps splendide, des fruits à profusion , sauvages ou non, et du temps pour repérer, cueillir ou ramasser, préparer et … déguster.

Hier je suis allée ramasser des châtaignes dans une magnifique forêt de châtaigniers que j’ai découvert il y a peu au cours d’une randonnée.  Les chemins étaient truffés de bogues, tombées là depuis un certains temps. Les autres promeneurs et  les sangliers, passés là bien avant nous,  nous quand même  laissé de quoi  nous faire plaisir.

La lumière était splendide, la température idéale. Je sais que ce temps et cette sécheresse ne sont pas bon pour la planète et les cultures, mais quel bonheur de se promener en ti-shirt mi-octobre!

Me voilà donc avec ma récolte de châtaignes. J’en ai gardé pour les faire griller à la poêle et j’ai fait cuire le reste à l’eau.

Tout d’abord il faut les trier. Pour cela mettez-les dans un récipient rempli d’eau. Celles qui sont bonnes tombent au fond, les autres sont véreuses.

Pour les éplucher, incisez-les avec la pointe d’un couteau (attention, incisez bien les deux couches de peau pour que celles-ci s’épluchent facilement sinon ça va être plus difficile). Faites bouillir une dizaine de minutes puis égouttez et versez dans de l’eau froide le temps de l’épluchage. Enlevez bien les deux couches protectrices. Vous trouverez plusieurs recettes pour réaliser la purée nécessaire. Moi j’ai simplement mixé au mixer plongeant mes châtaignes, avec un peu de lait (de soja) et sans sucre pour plus de légèreté.

Vous pouvez bien sûr vous dispenser de l’étape ramassage et épluchage en achetant des marrons, voire même de la purée (ou de la crème de marrons si vous aimez très sucré)

Ingrédients pour 4 personnes:

  • 250 g de purée de châtaignes (voir ci-dessus comment faire)
  • 250 g de mascarpone
  • 3 oeufs
  • 12 biscuits à la cuiller
  • 1 grosse boite de poires au sirop (ou 4 poires que vous faites pocher au sirop léger)
  • 2 càs de sucre
  • cacao amer
  • brisures de châtaignes

Préparation:

  • Mélanger le mascarpone et la purée de châtaignes
  • Séparez les blancs des jaunes d’œufs
  • Mélangez les jaunes et le sucre, jusqu’à ce la préparation blanchisse
  • Montez les blancs en neige.
  • Mélangez les jaunes + sucre à la crème mascarpone/châtaignes, ajoutez délicatement les blancs.
  • Versez le sirop des poires dans une assiette creuse.
  • Faites tremper les biscuits à la cuiller dans le sirop
  • Disposez les biscuits dans le fond du plat ou des verrines
  • Ajoutez les poires coupées en dés
  • Ajoutez la préparation crémeuse
  • Réservez au réfrigérateur 3h
  • Au moment de servir, saupoudrez de brisures de châtaignes et de cacao amer.

Bon appétit!

 

 

 

 

 

 

MUFFINS AUX POMMES ET FAINES DE HETRE

Au fur et à mesure que je découvre la richesse des plantes sauvages, je me demande à quel moment nous avons arrêté d’en consommer certaines, oublié même leur existence et leur goût. Qu’est-ce qui a fait qu’à un moment, nous avons choisi de cultiver certaines plantes au détriment des autres? Facilité? sensibilité aux maladies? Manque de rendement? Goût?

Par manque de temps, dans cette société qui court sans cesse, nous allons au plus facile. Chercher, cueillir, nettoyer, trier, éplucher les plantes ou les fruits prend du temps, c’est vrai. Et en ville trouver des plantes relève d’une démarche active de recherche en forêt ou montagne. Mais pourquoi même les agriculteurs ou les forestiers ont -ils oublié la richesse de leur sol?

Pourquoi, parmi les arbres à fruits a-t-on, par exemple, oublié le hêtre? Pourtant il est commun dans nos forêts. Il aurait, comme le châtaignier, le noisetier et le noyer, pu être cultivé et ses fruits consommés. D’autant que son goût est proche de la châtaigne. On en fait une excellent huile, dont le goût est proche de la noix et qui se bonifie en vieillissant, ce qui est étonnant. Pourtant elle est très rare. Comme la plupart des plantes sauvages, il était consommé en grande quantité autrefois (par les grecs par exemple), et l’huile qui en était tirée servait à l’éclairage et à faire du savon.

Je ne saurai sans doute jamais mais bon, en tout cas, je sais maintenant que c’est comestible et bon.

Cette année est une année à fruits et le hêtre ne fait pas exception. D’autant qu’il donne des fruits après des températures estivales chaudes, ce qui a été le cas, on ne peut pas dire le contraire, cette année. Quand vous trouvez des cupules (bogue) au sol, il suffit de se baisser pour ramasser tout ce dont vous avez besoin.

Les faines qu’est ce que c’est? Ce sont les fruits du hêtre. Comme pour les châtaigniers, les graines se trouvent dans une cupule (bogue en plus petit) pleine de piquants, à raison de deux ou trois graines par fruit. Elles ressemblent à la châtaigne en plus petit et plus allongé. Riches en lipides (d’où l’huile), elles peuvent être toxiques mais crues et en consommation excessive, ce qui sera rarement le cas.

 

 

 

 

Cuisson et épluchage:

Prévoir le double en cueillette du poids nécessaire: entre les hôtes et les peaux, c’est ce que vous perdrez (moins si les faines ne sont pas  « habitées », plus si vous n’avez pas de chance).

Lavez-les et mettez-les dans un récipient plein d’eau pour les trier: les fruits sains tomberont au fond, les fruits avec un habitant flotteront.

Ensuite, faites les bouillir quelques minutes dans l’eau pour  les éplucher ( un peu plus longtemps pour les cuire). Elles s’épluchent ensuite très facilement sans se brûler les doigts. Plus petites que les châtaignes, leur peau est aussi plus souple. Prévoyez cependant du temps pour le faire: devant un bon film ou en discutant en famille, le temps passe vite.

Vous pouvez ensuite les torréfier à la poêle et les consommer telles quelles en apéritif, sur des salades, ou dans des préparations plus élaborées comme ici des muffins, dont j’ai trouvé la recette sur l’excellent site Mon Chalet en morvan qui m’inspire de nombreuses fois!

Personnellement je préfère le goût non grillé, moins amer (mais je les avais peut-être laissées trop longtemps dans la poêle, même si j’ai surveillé et fait attention).

 

 

Ingrédients pour les muffins:

  • 2 pommes
  • 1 oeuf
  • 20 cl de lait
  • 240 g de farine
  • 1 càc de miel
  • 2 càc de levure
  • 1/2 càc de sel
  • 3 càs d’huile
  • 50 g de faines
  • 1 càc de cannelle

Préparation:

  • Préchauffez le four à 180 ° (th 6)
  • Pelez les pommes et coupez les en petits dés
  • Concassez grossièrement les faines
  • Mélangez la farine, le sel, la levure, le miel, l’œuf, le lait et l’huile.
  • Lorsque la pâte est lisse, incorporez les pommes, la cannelle et les faines
  • Versez dans des moules à muffins et faites cuire 20 à 25 mn

 

Bon appétit!

 

 

 

 

CRUMBLE POMMES RAISINS NOIX

L’automne est là, depuis ce matin. Il est même arrivé en fanfare  : baisse de 15 degrés des températures en 3 jours, vent fort annoncé pour ce soir et pluie. Je vais peut-être même rallumer mon poêle.

Du coup, on a envie de se réchauffer le corps et le cœur avec de bons petits plats mitonnés et de bons desserts.

Hier, en marchant, j’ai vu que le vent fort de vendredi soir avait fait tomber de nombreuses noix aux pieds des noyers. Bien sûr j’y suis retournée faire ma récolte! Et j’ai ramassé aussi des pommes tant qu’à faire. Mais je ne sais absolument pas la variété.

Voilà donc un dessert goûteux et fruité qui ravira petits et grands. Et c’est un bon moyen de manger des fruits.

Ingrédients pour 6 personnes:

    • 4 pommes
    • 500 g de raisin frais
    • 50 g de cerneaux de noix
    • 30 g de beurre
    • 20 g de sucre

    Pour la pâte :

    • 200 g de farine
    • 150 g de sucre
    • 150 g de beurre froid + 20 g pour le plat
    • 50 g de cerneaux de noix
    • 2 pincées de cannelle

Préparation:

  • Préchauffez le four à th 8 (240°). Pelez les pommes et coupez-les en dés, concassez grossièrement les noix. Retirez les pépins des raisins si vous le souhaitez. Faites revenir les fruits et les noix concassées dans une poêle avec le beurre et le sucre 5 min en remuant.
  • Préparez la pâte : détaillez le beurre froid en petits morceaux. Mettez-les avec la farine, le sucre, la cannelle et les noix dans le bol d’un robot et mixez jusqu’à ce que vous obteniez un mélange sableux.
  • Beurrez un plat à four, disposez les fruits dedans, recouvrez-les avec la pâte et faites cuire pendant 10 min. Réduisez le th à 6 (180°) et poursuivez la cuisson encore 30 min. Servez tiède dans le plat de cuisson accompagné d’un peu de crème fraîche (épaisse ou liquide) ou de glace à la vanille.

Bon appétit!

Découvrez d’autres recettes aux noix sur le site