CONFITURE DE BAIES D’ARGOUSIER

Les voyages forment la jeunesse, dit-on. Et bien pas que, ils forment la vieillesse aussi et les cueilleurs encore plus.

Je viens de passer quelques jours en Baie de Somme, merveilleux endroit lorsqu’il fait beau, ce qui, hélas, n’a pas été toujours le cas. Durant notre balade au phare d’Hourdel pour aller voir les phoques, j’ai remarqué sur la plage pas mal de buissons recouverts de dizaines de baies oranges. Mon renifleur de bon plans m’a dicté qu’il devait s’agir de baies comestibles (j’avais dû en voir en photo au cours de mes recherches et mes lectures), et mon livre sur la faune et flore que je trimballe partout me l’a confirmé. Je n’ai pas pu en cueillir, et encore moins la cuisiner, les locations de vacances ne se prêtent pas à faire la cuisine. mon livre me dit qu’elle pousse aussi en Alsace, mais je n’en ai jamais vu!

Cependant, la baie d’argousier semble une spécialité de là-bas, car les magasins de spécialités locales regorgent de préparations à la baie d’argousier: sirops, confitures, vinaigres, tisanes, pâtés, gâteaux, sablés, savons, crèmes et j’en passe.

J’ai donc acheté la confiture, d’un joli orangé plein de pep’s., . et des baies séchées pour faire des gâteaux. Et ça tombe bien parce que du pep’s elle en contient la baie d’argousier!

Pleine de vitamine C, bien plus que l’orange, et proche du cynorhodon, elle contient également de la vitamine A, E et F, des acides aminés, du fer et du magnésium. Elle est bonne pour la peau, le foie, les neurones, l’hypertension, etc…

A consommer donc sans aucune modération. Avec le cynorhodon, voici deux baies à consommer à l’automne pour faire le plein  d’énergie pour l’hiver.

Ingrédients:

  • 1 kg de pulpe
  • 1 kg de sucre
  • un peu d’eau

Préparation:

  • Lavez les fruits
  • Faites les éclater dans un fond d’eau
  • Pesez la pulpe ainsi obtenue
  • Ajoutez les même poids de sucre
  • Faites cuire 15 mn (vérifiez avec le test de l’assiette si c’est pris)
  • Mettez en pot

 

 

ARBOULASTRE OU QUICHE MEDIEVALE AUX HERBES AROMATIQUES SAUVAGES

Voici encore une belle découverte que je m’empresse de vous faire partager: une quiche médiévale à tout!

En fait, je suis partie en vacances et nous avons fait un détour par le chantier médiéval de Guédelon. Pour ceux qui ne connaissent pas, il s’agit d’un projet démarré en 1995 et qui a pris de l’ampleur depuis, d’un château médiéval reconstruit avec les techniques de l’époque. Le château a bien avancé, et s’est entouré des échoppes et des ateliers des artisans nécessaires à sa construction: tailleurs de pierre, carriers, charpentiers, maçons, etc… Passionnant. Il y a bien sûr un jardin médiéval, et un boulanger (un talmelier disait-on à l’époque) qui fabrique du bon pain d’épeautre. Il se dégage de ce chantier, qui résonne du bruit des marteaux sur les pierres ou le métal,  des scies et des coups de hache sur le bois, une paix incroyable. L’on retrouve le sens de choses, chaque mouvement et chaque action est réalisé dans le but de construire, rien de superflu n’est créé. Le temps se compte autrement, à dimension humaine. Bien sûr, dans ce contexte, je ne pouvais que m’intéresser aux légumes oubliés et aux jardins de simples médiévaux

J’ai donc découvert une recette miracle, celle de l’arboulastre. Il s’agit d’une sorte de « quiche à tout », qui se mange aussi bien chaude que froide, et en toute saison, avec des herbes aromatiques cultivées ou sauvages du moment, de quoi laisser place à son imagination! Attention toutefois à vos mélanges car certaines herbes ont un goût plus prononcé que d’autres et peuvent masquer le goût des autres plantes. Vous pouvez aussi ajouter des herbes cultivées pour ajuster le goût de votre mélange (persil par exemple), ou des herbes au goût moins prononcé pour faire du volume (ortie par exemple)

 

 

 

 

 

Ingrédients:

Pour la pâte brisée:

  • 300 g de farine
  • 100 g de beurre en dés et en pommade
  • 1 càc de sel
  • 80 ml d’eau

Pour le dessus:

  • 4 oeufs
  • 100 g de gruyère râpé ou  de comté râpé
  • des herbes à votre convenance (épinards sauvages, chénopode bon henri, serpolet, fenouil sauvage, oseille, menthe sauvage, lierre terrestre, fenouil sauvage, achillée mille-feuilles, etc…)
  • sel, poivre
  • 250 ml de crème fleurette
  • 150 g de gruyère râpé ou comté râpé

Préparation:

Pâte brisée:

  • Mélanger la farine et le sel, puis le beurre.
  • Malaxez du bout des doigts jusqu’à obtenir une sorte de semoule grossière
  • Ajoutez l’eau petit à petit jusqu’à obtenir une pâte lisse
  • Faites-en une boule
  • Filmez-la  et laissez reposer une nuit ou au moins quelques heures
  • Sortez ensuite la pâte, étalez-la et mettez  dans le moule à tarte (grand ou plusieurs petits)

Pour le dessus:

  • Battez les oeufs en omelette et ajoutez la crème fleurette
  • Lavez les herbes sauvages, enlevez les tiges et hachez les grossièrement
  • Mélangez à l’appareil et ajoutez le gruyère
  • Versez sur la pâte brisée
  • Mettez à four chaud (210° ) pendant 25 à 30 mn

Servez avec une salade.

 

 

MILLEFEUILLE DE POMMES AUX FRUITS DE BERCE

Voici encore une recette avec des pommes. Et ce n’est peut-être pas fini 😉 , car ce que je teste et concocte dépend autant de mes trouvailles que de mes envies et de mes gourmandises.

J’ai vu cette recette sur la page Facebook de « Plantes sauvages et médicinales Couplan ». Si vous ne connaissez pas François Couplan, il s’agit du « pape » des plantes sauvages, éthnobotaniste de renom qui a eu l’intelligence de redécouvrir les plantes oubliées il y a une vingtaine d’années. Il a publié plusieurs livres et j’en ai deux pour ma part, simples et bien faits: « Déguster les plantes sauvages » et « Guide nutritionnel des plantes sauvages et cultivées ». C’est à partir des éléments trouvés dans le deuxième que j’avais fait le tableau récapitulatif des bienfaits des plantes sauvages.

Il a eu également la gentillesse de s’abonner à mon groupe facebook et de commenter parfois.

Bref voici donc une recette gourmande avec les fruits de la berce , plante que j’ai découvert l’an dernier,  et dont les fruits au goût d’agrume font désormais partie de mes plantes préférées.

Je vous ai déjà indiqué dans une précédente recette comment reconnaître la berce ( ici )

Je crois d’ailleurs qu’un de ces jours je vais modifier la structure du blog au fur et à mesure que les recettes s’empilent: une page par plante avec les propriétés, les moyens de la reconnaître puis la liste des recettes. Ce n’est pas pour tout de suite, ça prend un peu de temps, mais ça permettrait d’avoir toujours à disposition tout ce qu’il faut savoir sans être obligé de revenir sur d’autres recettes pour avoir les éléments d’information.

Donc pour aujourd’hui, voici une recette simple. Les fruits de berce sont meilleurs verts (on en trouve encore en montagne, car leur parfum d’agrume est plus puissant, mais les fruits séchés peuvent encore être odorants). En tout cas la berce commune se trouve à peu près partout et souvent en grande quantité.

Ingrédients pour 4:

  • 4 pommes
  • 1/2 citron
  • 150 g de sucre
  • 1 càs de vinaigre de cidre
  • 1 poignée de fruits de berce

Préparation:

  • Epluchez les pommes
  • Coupez-les en 4 et enlevez les pépins
  • Coupez-les en tranches de 2 mm environ  (ou utilisez comme moi le pèle pommes c’est plus facile )
  • Faites étuver à la poêle doucement quelques minutes 2/3 des tranches de pommes (elles doivent rester fermes), et citronnez le tiers restant pour qu’il ne noircisse pas
  • Nettoyez les fruits de berce et ciselez les finement
  • Faites un caramel avec le sucre à sec. Lorsqu’il a blondi, ajoutez très lentement le vinaigre de cidre pour le détendre.
  • Ajoutez les fruits de berce et mixez le tout pour obtenir une sauce épaisse. (Mixez bien sinon les fruits de berce ne seront pas bons à croquer)
  • Montez le mille feuille en alternant tranches de pommes cuites, crues et sauce.

 

Pour les gourmands on peut ajouter de la glace à la vanille, ou remplacer le caramel maison par le caramel au beurre salé à mixer avec la berce

Vous pouvez aussi tester au four: monter le millefeuille cru, mettre les pommes dans un plat et faire cuire.

 

 

 

 

POMMES AU FOUR A LA CONFITURE DE BAIES DE SUREAU

En ce premier jour de septembre et cette veille de rentrée, les hasards du calendrier et de la météo me donnent des envies de pommes.

Ça fait plusieurs jours que je vois en passant des pommes tombées au sol à côté de chez moi et du coup je suis allée en ramasser. Elles sont un peu vérolées et pas encore tout à fait mûres mais il y en a quelques unes qui sont bonnes, suffisamment pour tester ma petite recette.

Il me reste de la gelée de baies de sureau (si vous n’en n’avez pas encore fait dépêchez vous, car c’est quasiment la fin sauf si vous pouvez aller en montagne où elles sont à maturité en ce moment), dont voici la recette (je vous ai déjà donné celle aux fleurs de sureau mais pas encore celle aux baies de sureau):

Gelée de baies de sureau:

  • 1 kg de baies de sureau noires
  • 1 kg de sucre spécial gelée
  • Le jus d’1/2 citron
  • 1/2 verre d’eau

Préparez-vous et protégez votre plan de travail, ça tâche!!

  • Lavez soigneusement les baies de sureau.
  • Égouttez-les.
  • Égrainez les baies noires. Ne conservez que les baies vraiment noires, rondes et brillantes, et enlevez bien la tige qui donne de l’amertume
  • Mettez les baies dans un faitout ou une bassine à confiture avec 1/2 verre d’eau.
  • Portez ensuite à ébullition et maintenez pendant 5 à 10 mn jusqu’à ce que les fruits éclatent et libèrent leur jus.
  • Passez ensuite le tout dans un torchon ou une étamine
  • Pressez pour récupérer le jus.
  • Le jus obtenu est violet foncé. J’ai obtenu 1l de jus.
  • Versez le jus dans un faitout ou une bassine à confiture.
  • Ajoutez le sucre et le jus du demi citron.
  • Portez doucement à ébullition et comptez 5 à 10 mn  à partir de la première ébullition.
  • Pour voir si la gelée est cuite, déposez une goutte sur une assiette froide et si elle se fige c’est que la gelée est prête, dans le cas contraire poursuivez la cuisson quelques instants.
  • Versez la gelée dans les pots à confiture stérilisés, puis refermer aussitôt en les retournant.

 

 

 

 

 

On ne présente plus les pommes au four, délicieux et si facile dessert qui a des odeurs d’automne et d’enfance. Je ne tiens pas spécialement à arriver à l’automne (sauf pour les belles couleurs des forêts), et je compte bien profiter encore un peu de l’été. D’ailleurs nous sommes en été jusqu’à fin septembre. Ce dessert était une opportunité qui se présentait à moi.

Ingrédients pour 4 personnes:

  • 4 pommes
  • 4 càs de gelée
  • 1 càs d’amandes en poudre
  • 1 verre d’eau

Préparation:

  • Allumez votre four thermostat 180°
  • Epluchez vos pommes  et évidez leur centre à l’aide d’un vide-pomme ou d’une cuiller
  • Disposez-les debout dans un plat allant au four
  • Piquez-les un peu avec une fourchette
  • Mélangez la confiture et la poudre d’amandes
  • Remplissez le coeur des pommes avec cette préparation
  • Mettez de l’eau au fond du plat
  • Enfournez environ 25 mn

QUATRE QUART AUX NOIX ET AUX FRUITS DE BERCE COMMUNE

La première fois que j’ai entendu parler de la berce commune, sur les vidéos du Chemine de la nature, je me suis demandée ce que c’était que ce truc. Vraiment, c’est une plante dont je n’avais jamais entendu parler, au point que je pensais qu’il n’en poussait pas par chez moi. Je ne prétends et de loin pas connaître toutes les plantes même si ma connaissance s’enrichit au fil du temps, mais les noms semblent souvent familiers. Au moins pour les avoir vu passer dans des tisanes, des préparations, des conseils sur les plantes qui soignent etc. Mais la berce?

Et pourtant elle est si commune que cela en est comique. Elle pousse bien à côté de chez moi, et le long des chemins que j’emprunte.

Elle fait depuis peu les gros titres puisqu’une variété de la berce, la berce du Caucase, beaucoup plus grande que sa sœur comestible, et photosensibilisante, engendre de graves brûlures lorsqu’un imprudent la touche. Rassurez vous, la différence de taille entre la berce commune comestible et la berce du Caucase est vraiment énorme.

J’indique ici dans une autre recette comment reconnaître les berces.

Ce matin il faisait frais et j’avais envie de cuisiner. J’ai encore des noix ramassées par kilos l’an dernier et j’ai trouvé des fruits de berce encore verts (leur parfum est beaucoup plus puissant à ce moment là)

J’ai donc cassé et broyé mes noix, et écrasé mes fruits de berce, et…. miam!

 

 

ingrédients:

  • 4 œufs, les peser avec la coquille et cela donne le poids des trois autres quarts
  • même poids de sucre, de farine et de beurre
  • un bol de noix
  • 3 ombelles de fruits de berce débarrassés de leur tige
  • le zeste d’un citron (facultatif)

Préparation:

  • Pesez les œufs puis peser le même poids pour le sucre, le beurre et la farine.
  • Séparez les blancs des jaunes d’œufs.
  • Faites fondre le beurre et le laisser tiédir.
  • Dans un saladier et à l’aide d’un fouet, mélangez les jaunes d’œufs, le sucre en poudre et une pincée de sel jusqu’à ce que le mélange blanchisse.
  • Préchauffez le four à 200°C (th. 7).
  • Ajoutez le beurre fondu puis la farine. Mélangez.
  • Mixez les noix, les fruits de berce et le zeste de citron et incorporez les à la préparation.
  • Dans un autre saladier, montez les blancs en neige fermes puis ajoutez les délicatement au mélange précédent.
  • Versez la pâte dans un moule à cake beurré et fariné et mettez au four 15 mn à 200°C (th. 7) puis environ 25 à 30 mn (selon votre four) à 180°C (th. 6). ça embaume l’odeur d’agrume de la berce!
  • Vérifiez la cuisson en enfonçant la lame d’un couteau dans le gâteau : elle doit ressortir sèche.
  • Pour un goûter gourmand, tartinez de confiture de mûre ou de sureau!

 

CRUMBLE AUX PECHES ET BAIES DE SUREAU

Ça y est, les baies de  sureau commencent à mûrir. Et comme j’ai un arbuste à 200 m de chez moi (j’en ai planté un décoratif dans mon jardin mais il ne porte pas de fruits cette année), j’en profite à fond

Là c’est le tout début, et j’ai encore de la marge pour faire une cueillette plus conséquente pour faire de la confiture et /ou du sirop. En fonction de leur exposition, les fleurs puis maintenant les fruits ont maturé pendant presque 3 semaines, ce qui m’a permis de prendre mon temps pour les fleurs aussi.

N’hésitez pas à regarder mes autres recettes aux baies de sureau comme les muffins les sauces ou le pain perdu, il y a de quoi se régaler!

Ce dessert de saison se décline aussi à l’automne, si vous congelez des baies, pour un crumble pomme/prunes ou poires aux baies de sureau. Les différents fruits se marient fort bien entre eux.

 

Ingrédients:

  • 500 g de fruits : baies de sureau et pêches
  • 250 g de farine
  • 125 g de beurre
  • 125 g de sucre roux
  • 50 g d’amandes en poudre
  • 1 pincée de cannelle

Préparation:

  • Lavez les baies de sureau dans 3 eaux vinaigrées,
  • Egrenez les délicatement
  • Pelez les pêches et coupez les en morceaux
  • Beurrez un grand plat ou plusieurs petits allant au four
  • Disposez les fruits au fond
  • Mélangez délicatement la farine, le sucre et le beurre ramolli (mais pas fondu), les amandes et la cannelle jusqu’à obtenir une pâte granuleuse
  • Disposez la pâte sur les fruits et aplanissez à peu près
  • Faites cuire 30 mn à 180 °

Pour les gourmands, une boule de glace vanille viendra agrémenter le tout.