GAUFRES SALEES AUX PLANTES SAUVAGES

365 jours par an, x deux repas, x 10, 20, 30 années… ça fait quelques milliers d’idées de repas à concocter. Ne nous leurrons pas, nous cuisinons toujours la même chose. Mais moi j’aime bien goûter, découvrir, innover. C’est en partie ce qui m’a conduite à m’intéresser aux plantes sauvages. En partie seulement, car je souhaitais aussi me rapprocher de cette nature perdue un peu de vue ces dernières années.

Donc, comment innover un peu?

Et si nous mangions de gaufres salées? L’idée m’est venue après une discussion avec mes fils sur l’intérêt d’avoir deux gaufriers (achetés pour rien dans des brocantes). Je soutenais que ça allait plus vite, mon fils me rétorquait que ça faisait deux fois plus d’ustensiles à laver. Du coup, cette idée de gaufres m’a trotté dans la tête et j’ai cherché une recette aux plantes sauvages. Je n’ai rien trouvé, j’ai donc détourné une recette de gaufres aux épinards.

Je me suis rendue compte qu’il y avait de nombreuses recettes de pâte à gaufre. Je vous livre celle que j’ai testée mais si vous avez l’habitude d’en faire des sucrées, et que ça vous convient, ne changez pas.

J’ai mis de la bourrache, parce que c’est tout ce que j’avais sous la main. Cependant vous pouvez cuisiner l’ortie, la consoude, le plantain, l’ail des ours etc… voire mélanger plusieurs plantes sauvages. Je conseille d’ajouter du comté râpé (j’avais hésité , j’avais peur que ça colle, je ne sais pas pourquoi!), mais j’ai trouvé mes gaufres un peu fades. La prochaine fois je mets le fromage!

J’ai aussi vu des recettes avec du jambon fumé ou blanc, du chèvre, bref, comme toujours, la seule limite de la cuisine est celle de votre imagination.

Ces gaufres se mangent telles que, avec une salade (de plantes sauvages au printemps)ou coupées en petits bouts pour un apéritif, ou en accompagnement de jambon ou d’une viande si vous n’en avez pas mis dedans.

Je les avais faites un peu en avance, et nous avons fait différents tests de réchauffage car elles deviennent vite molles. J’ai bien aimé le grille pain, rapide et facile. Le four est plus long et dessèche un peu. Le micro-onde chauffe mais ramollit, bien sûr (cependant, c’est une solution quand, comme mon fils morfale, vous y ajoutez du fromage à raclette, voire une couche supplémentaire de gaufre avec du jambon 😉

 

 

 

 

 

Ingrédients (environ 8 gaufres):

  • Une grosse poignée de plantes sauvages (environ 100 g)
  • 250 g de farine ou remplacer une partie de la farine par de la fécule (ça donne du croustillant. J’ai mis 200 g de farine et 50 g de fécule)
  • 2 œufs
  • 25 cl de lait
  • 50 g de beurre
  • sel, poivre
  • facultatif (mais meilleur):
  • 75 g de comté
  • 50 g de jambon haché

Préparation:

  • Lavez vos plantes sauvages avec trois eaux vinaigrées
  • Faites-les suer quelques minutes à la poêle avec un peu d’huile
  • Hachez-les plus ou moins grossièrement selon votre envie
  • (Coupez le comté en petits dés et hachez le jambon si vous en mettez)
  • Séparez les jaunes des blancs et montez les blancs en neige
  • Faites fondre le beurre
  • Mélangez la farine et la fécule
  • Ajoutez le lait, puis les jaunes d’œufs, le beurre fondu, sel, poivre, plantes sauvages, (éventuellement comté, jambon).
  • Ajoutez les blancs montés en neige à cette pâte
  • Faites cuire quelques minutes au gaufrier

C’est prêt!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BOEUF ET CAROTTES SAUCE AU PLANTAIN LANCEOLE

En prévision des beaux jours où il sera à nouveau rempli, et faute d’avoir pu sortir cueillir des plantes aujourd’hui, je vide mon congélateur.

J’avais prévu du bœuf mi-daube mi-bourguignon (à ma façon, quoi), et je me suis souvenue que cet été, j’avais testé un plat trouvé sur internet avec du poisson mais une sauce au plantain et vin rouge. Les enfants et moi avions été unanimes pour remarquer que la saveur s’accorderait mieux à une viande rouge du type bœuf.

Ce matin, j’ai sorti ma petite barquette de sauce congelée et je l’ai ajoutée au vin rouge de mon bœuf en cocotte minute (environ 1.5kg) et de mon kilo de carottes. Le mariage comme nous l’escomptions, était juste impeccable!!

Je vous redonne donc la recette de la sauce, à marier avec un bon plat mijoté.

Ingrédients:

  • 200g de feuilles de plantain lancéolé
  • 4 échalotes
  • 2 càs d’huile (olive pour moi)
  • 2 càs  de farine,
  • un verre d’eau, (env 10 cl)
  • trois verres de vin rouge (10 à 15 cl le verre). J’ai pris un côte du rhône
  • sel, poivre.

Préparation:

  • Trier vos feuilles, enlever la base si elle est un peu dure. Couper en petits morceaux les feuilles et les ébouillanter dans de l’eau salée. Goûter pour juger de l’amertume (si les feuilles sont vieilles peut-être qu’il faudra les ébouillanter une deuxième fois).
  • Essorer les feuilles.
  • Dans une poêle faire revenir les échalotes avec une cuillerée d’huile.
  • Ajouter les herbes cuites et continuer la cuisson à feu doux. Quand les herbes sont fondues, ajouter 2 verres de vin.
  • Laisser bouillir 5 minutes à feu doux.
  • Mélanger la farine avec une cuillerée d’huile. Chauffer jusqu’à ce que la préparation devienne rousse et sans arrêter de remuer, ajouter l’eau et le vin qui restent. Quand la sauce devient épaisse y verser les herbes cuites.
  • Moi j’ai mixé un peu le tout pour que ça fasse moins « soupe », en laissant toutefois des morceaux. Saler, poivrer.

 

Bon appétit!

QUICHE AUX PLANTES SAUVAGES

Bonjour à tous, en ce début d’année il est encore temps pour moi de vous souhaiter une très bonne année et pour vous de prendre de bonnes résolutions.

Et si nous décidions de mieux connaitre la nature sauvage qui nous entoure et de goûter ses trésors? Marier découvertes, promenades, gourmandise, et plaisir à petit prix, c’est bien l’objet de ce blog. Et il y a tant à faire!

Démarrons cette année par une recette simple, réalisable en toutes saisons, et qui changera des agapes des dernières semaines. Elle s’inspire d’une recette de François Couplan, qui l’appelle « tarte salée au hivernodes ».

Le temps exceptionnellement doux de début 2018 permet de trouver de nombreuses plantes qui ont passé l’hiver et fabriqué de jeunes pousses comestibles. Dans mon jardin j’ai de l’ortie, du plantain, de la lampsane,  de l’égopode, de la cardamine, du pissenlit, etc…

Pour cette quiche, prenez ce que vous trouverez lors de vos promenades et que vous connaissez. Certaines saveurs se mélangent bien, d’autres moins. Evitez le pissenlit, peut-être le lierre terrestre très parfumé.

Vous pouvez faire un quiche aux orties, à la consoude, ou mélanger comme je l’ai fait ce que j’ai trouvé (l’ortie a peu de goût quand elle est jeune).

Ingrédients:

  • 400 à 500 g de plantes sauvages (préférez cueillir plus, pour avoir de quoi remplir la quiche une fois les tiges et grosses feuilles ôtées)
  • 1 pâte brisée (j’avoue que je ne les fais pas je ne suis pas très douée pour cela)
  • 3 oeufs
  • 20 cl de crème
  • sel, poivre
  • environ 100 de gruyère ou de comté
  • un peu d’huile pour faire revenir vos herbes

Préparation:

  • Lavez bien votre cueillette surtout si vous ne connaissez pas bien les lieux d’où elle provient (3 eaux vinaigrées  pour moi)
  • Découpez vos feuilles en lamelles (les plus tendres)
  • Faites blanchir les feuilles les plus épaisses 5 mn à l’eau bouillante (consoude par ex)
  • Faites revenir 5 mn vos feuilles avec un peu d’ail et/ou d’oignon (facultatif)
  • Abaissez votre fond de tarte,
  • Disposez les feuilles cuites par dessus
  • Mélangez les oeufs et la crème, salez, poivrez
  • Ajoutez cet appareil sur le fond de tarte aux plantes
  • Saupoudrez de fromage râpé
  • Faites cuire environ 30 mn au four à 180° (surveillez le dessus qui doit être doré)

Dégustez accompagné de…. salade de plantes sauvages http://www.jecuisinesauvage.fr/2017/11/19/salade-melangee-dhiver/

 

GALETTE DE POMMES DE TERRES AUX PLANTES SAUVAGES

Le temps n’est vraiment pas au beau fixe et peut décourager les moins motivés pour aller à la cueillette des plantes sauvages.

Mais parfois, comme je vous l’ai montré la semaine dernière, il ne faut pas aller bien loin. Ainsi j’ai trouvé dans mon petit jardin dimanche dernier 4 plantes différentes pour faire une petite salade mais je n’ai pas tout pris. Il restait des orties, du lierre terrestre et du plantain que je n’ai pas utilisés.

J’ai donc décidé d’utiliser du plantain et des jeunes repousses d’orties (oui, même fin novembre, on peut encore manger des jeunes herbes qui tiennent tout l’hiver) et de les mélanger avec des pommes de terres pour en faire un repas de saison. Si vous avez des enfants, vous leur ferez goûter ces galettes de pommes de terre et leur ferez en même temps manger des légumes bourrés de nutriments (vitamine C pour l’ortie, vitamines A, B, C pour le plantain, sans compter tous leurs autres bienfaits)

L’ortie a peu de goût , elle ne masquera donc pas celui de la pomme de terre, et le plantain, avec son goût de champignon, s’associera parfaitement à celle-ci.

Comme toujours, cueillez les plus jeunes feuilles (aïe les orties), et lavez les dans 3 eaux vinaigrées surtout si vous n’êtes  pas sûr de leur provenance. Le plantain et l’ortie sont deux « mauvaises herbes » qui s’invitent à peu près n’importe où, vous devriez pouvoir en trouver sans aller bien loin.

 

Ingrédients:

  • 6 grosses pommes de terre
  • 1 poignée de jeunes feuilles d’orties
  • 1 poignée de jeunes feuilles de plantain lancéolé (vous pouvez remplacer par d’autres herbes, comme la lampsane, ou l’égopode, en fonction de ce que vous trouvez)
  • 1 oignon
  • 1 œuf
  • sel, poivre
  • huile

Préparation:

  • Epluchez et râpez vos pommes de terre avec une râpe moyenne
  • Mettez les par poignées dans un linge et serrez bien pour les égoutter au maximum (c’est le secret des bonnes galettes)
  • Hachez l’oignon et les plantes sauvages, ajoutez les aux pommes de terre ainsi que l’oeuf, sel et poivre (ne mettez pas trop de plantes, vos galettes ne doivent pas devenir vertes car c’est moins appétissant)
  • Mélangez le tout pour obtenir une pâte homogène.
  • Prenez des poignées de mélange et formez des galettes pas trop grosses
  • Faites chauffer l’huile dans une poêle et faites y dorer les galettes environ 3 mn de chaque côté.
  • Egouttez sur du papier absorbant. Servez aussitôt

Mon fils adore les galettes avec du saumon fumé (c’est vrai que l’ensemble est délicieux). Vous pouvez servir ces galettes en apéritif à condition d’en faire de toutes petites que vous coifferez d’un peu de crème épaisse et de saumon fumé

 

PESTO AU PLANTAIN LANCEOLE

Cuisiner sauvage demande parfois du temps dont nous ne disposons pas: chercher où se cachent les plantes dont nous avons besoin, les cueillir en quantité suffisante, puis cuisiner.  Il ne suffit pas juste d’acheter.

Je cherche dans ce blog à vous proposer une cuisine simple et facile. Cette semaine, je vais dont vous reparler du plantain qui pousse à profusion et sous notre nez en ce moment.

L’intérêt de cette plante, outre son aspect gustatif dont je vous ai déjà fait l’apologie dans ma recette de risotto de la mort qui tue au plantain (un délice, vraiment)  http://www.jecuisinesauvage.fr/2017/06/30/risotto-au-plantain , est son abondance dans les champs et les villes. En ce moment, sur tous les espaces verts, ses hampes m’enjoignent à venir les cueillir. Le plantain, comme toute plante sauvage dont on mange les feuilles, est meilleur tendre. Mais justement l’intérêt de le cueillir dans les espace verts est que ceux-ci sont tondus régulièrement, et que le plantain repousse tout au long de l’été frais comme au premier jour! Donc, cette recette ne nécessite pas du tout  d’habiter à  la campagne, la ville conviendra aussi! Chez moi j’ai découvert que le complexe sportif que le village a expatrié dans les champs, est une mine : pas de pesticides,( interdit), et des moyens humains liés à l’entretien des espaces verts réduits: des plantes sauvages qui m’intéressent poussent à foison, et sont renouvelées après chaque tonte, il suffit juste que je passe au bon moment!

Le plantain lancéolé, vous savez, c’est celui dont je vous ai déjà parlé, celui avec les tiges terminées par des hampes florales dont on fait des projectiles!

En phytothérapie, le plantain est utilisé pour ses vertus anti-inflammatoires (notamment pour les toux et les bronchites, en tisane), cicatrisantes, apaisantes (frotter une feuille de plantain sur une piqûre de moustique, il fera des miracles).  Comme pour toutes les herbes sauvages, on se demande parfois pourquoi on l’arrache de si bon coeur dans son jardin et qu’on court à la pharmacie chercher un remède naturel à base de … plantain.

Mais le sujet de ce blog est culinaire. Voici donc une recette simple qui nécessitera une cueillette assez rapide (le plantain , une fois installé, se reproduit et envahit tout l’espace), et une préparation qui l’est tout autant: un pesto de plantain.

Nous, à la maison, on est fan de pesto; enfin surtout mes ados qui savent faire des spaghettis ou des spaghettis lorsqu’ils sont seuls à la maison, et qui les recouvrent de pesto. 

On utilise habituellement du pesto classique, à base de basilic. J’en plante chaque année plusieurs pieds pour cet usage, mais il est monté en graine depuis 15 jours et ses feuilles sont jaunies; c’est donc le moment de le remplacer par autre chose.

Vous utiliserez cette recette pour les pâtes, mais aussi les fonds de tarte et les tartines en apéritif, sur du pain ou des tomates cerises, je laisse votre imagination faire le reste…Vous pourrez conserver ce pesto en le mettant dans des petits pots que vous stériliserez 20 mn, puis que vous conserverez dans un endroit frais et sombre.

Ingrédients: 

  • 2 bonnes poignées de feuilles de plantain lancéolé
  • 1 poignée de graines de tournesol (ou de graines de courges, ou plus classiquement des pignons env 40 g)
  • 1 càs de vinaigre balsamique
  • 1 pincée de sel
  • 3 càs d’huile d’olive
  • 1 gousse d’ail (ou deux selon votre goût)
  • 100g de parmesan
  • 20 g de pecorino

Préparation:

  • Faites blanchir les feuilles de plantain coupée en lamelles (cela les nettoiera si vous n’êtes pas sûr de leur provenance, cela les ramollira car elles sont actuellement quand même à maturité et cela fera ressortir leur goût de champignon)
  • Mixez le plantain, l’ail et les pignons
  • Ajoutez le sel et le vinaigre balsamique
  • Ajoutez le parmesan et le pecorino, mélangez bien
  • Ajoutez l’huile
  • Vous devez obtenir une consistance épaisse, surtout si vous voulez le tartiner.

Bon appétit!

 

 

 

OMELETTE AUX INFLORESCENCES DE PLANTAIN

L’autre jour, pour mon risotto aux feuilles de plantain, j’avais cueilli toute la plante, et j’avais soigneusement conservé les inflorescences dans un bol, en vue de cette omelette.

Pour voir la recette et surtout apprendre comment reconnaitre le plantain cliquez sur  http://www.jecuisinesauvage.fr/2017/06/30/risotto-au-plantain

Je n’avais pas vraiment faim ni envie de cuisiner hier soir. J’ai donc réalisé cette omelette toute simple, que j’ai accompagné de chips de courgettes qui se mangent sans faim. Mon petit potager produit des courgettes à ne plus savoir quoi en faire, il faut se montrer inventif. Voici la recette de ces chips http://www.undejeunerdesoleil.com/2014/10/chips-courgettes-parmesan.html

Ingrédients pour l’omelette (2 personnes):

  • Une grosse poignée d’inflorescences de plantain
  • 4 œufs
  • 15 cl de crème fraiche
  • beurre, huile d’olive, sel, poivre (je fais toute ma cuisine à l’huile d’olive mais vous pouvez la remplacer par votre huile habituelle)

Préparation:

  • Faites blanchir les fleurs de plantain à l’eau bouillante salée. Cela gardera leur couleur, enlèvera leur amertume et fera ressortir leur goût de champignon
  • Égouttez, rincez.
  • Faites revenir les inflorescences dans un mélange beurre, huile quelques minutes
  • Battez vos œufs avec la crème
  • Salez, poivrez
  • Versez ce mélange dans la poêle sur les inflorescences
  • Faites cuire à votre convenance.

Vous pouvez ajouter des lardons ou tout autre ingrédient à votre omelette si vous souhaitez un plat plus copieux.