VIN DE PISSENLIT

Je l’ai dit dans l’article précédent, le pissenlit est le mal aimé des « mauvaises herbes » et à tort puisqu’il nous offre tout, de sa racine à ses fleurs en passant par ses feuilles et ses boutons floraux. Certes, il est un peu envahissant, et je dois reconnaître que j’oscille entre avoir un beau gazon bien vert et avoir des mauvaises herbes en quantité pour les manger!

En ce moment, ses feuilles sont encore tendres, et ses fleurs sont arrivées à différents stades de maturité: encore en bouton pour faire des câpres, mais aussi bien fleuries pour confectionner de la gelée ou, comme ici, du vin. Nous aurions tort de nous priver de ses bienfaits!

C’est une première pour moi, et je n’ai pas encore goûté mais ça ne saurait tarder :-).

Il existe plusieurs recettes de vin de pissenlit, avec ou sans levure. J’en ai choisi une, mais d’autres sont certainement excellentes.

Ingrédients:

  • 3 l de fleurs de pissenlit (une grande casserole)
  • 4 l d’eau
  • 3 oranges non traitées
  • 3 citrons non traités
  • 500 g de raisins secs blonds
  • 2 kg de sucre

Préparation:

  • Lavez vos fleurs de pissenlit, notamment pour en éliminer les hôtes indésirables
  • Enlevez le vert, pour ne garder que les pétales jaunes
  • Ebouillantez les fleurs 10 mn
  • Laissez reposer 24 h la préparation
  • Filtrez
  • Ajoutez les citrons coupé en morceaux, les oranges en morceaux, le raisin et le sucre
  • Laissez macérer 25 jours en remuant tous les jours (il se forme de la pourriture, c’est normal)
  • Filtrez et mettez en bouteille non fermée dans un endroit sec, sans poussière, à l’abri de la lumière et frais. Couvrez simplement vos bouteilles avec un journal par exemple.
  • Attendez que le liquide devienne clair (entre une semaine et un mois)
  • Refiltrez avec un filtre à café
  • Mettez en bouteilles préalablement ébouillantées et fermez.
  • Laissez vieillir au moins un an (si vous y arrivez  ;-). Plus il aura vieilli meilleur il sera.

 

CAPRES DE PISSENLIT

Le pissenlit ce mal aimé. Pauvre pissenlit dont ni le nom (qui provient des propriétés diurétiques de la plante), ni ses grandes feuilles dentelées (dents de lion), ni même sa fleur jaune soleil ne trouvent grâce à nos yeux. Qui fera un bouquet de pissenlit?

Et pourtant, malgré notre mépris, augmenté lorsqu’il s’agit d’ôter une à une chaque racine longue et épaisse de notre jardin, le pissenlit est notre ami et nous offre tout de lui:  feuilles, fleurs, racines.

Que nous aimions son goût si particulier ou pas, nous connaissons tous la salade de pissenlit:

http://www.jecuisinesauvage.fr/2018/01/14/salade-de-pissenlit-aux-lardons-et-oeufs-mollets/

Moins connue, la racine de pissenlit grillées se mange aussi:

http://www.jecuisinesauvage.fr/2017/12/04/racines-de-pissenlit-grillees/

Les fleurs servent à faire une gelée sympathique qui ressemble à du miel:

GELÉE DE PISSENLIT (cramaillotte ou Bissangel-Honig)

Voici aujourd’hui une autre utilisation, printanière celle-ci: les « câpres  » de pissenlit.

En effet, en ce moment, les fleurs de pissenlit poussent et sont arrivées à des des stades divers: certaines sont déjà en fleurs quand d’autres sont encore en bouton, bien lovées au creux des jeunes feuilles.

Lorsqu’on regarde bien, il y a souvent d’ailleurs plusieurs boutons dans chaque plant.

 

 

 

 

Ingrédients:

  • boutons floraux
  • vinaigre de cidre

Préparation:

  • Cueillez des boutons floraux de pissenlit non éclos, en volume légèrement supérieur à celui des pots que vous comptez remplir.
  •  Débarrassez les boutons de leurs « tiges » (le « scape » pour être très précis) et de leurs « barbules » pour ne garder qu’un bouton bien net.
  •  Ébouillantez à l’eau chaude les pots de verre pour les stériliser et faire chauffer le vinaigre de cidre.
  •  Rincez les boutons sous l’eau froide et bien les égoutter.
  •  Placez les boutons dans le pot et les recouvrir du vinaigre chaud jusqu’à ras-bord. Fermez.
  •  Conservez une semaine au moins avant de consommer (se conserve plusieurs mois).
  • Recommandations : pour varier le goût et les plaisirs mais aussi soigner la présentation, ajoutez des grains de poivre, feuilles d’origan ou de laurier, une branchette de thym ou des baies de genévrier. Des boutons de pâquerette (Bellis perennis) ou d’ail des ours (Allium ursinum) peuvent aussi rejoindre la préparation.

SALADE DE PISSENLIT AUX LARDONS ET OEUFS MOLLETS

Un blog sur les plantes sauvages qui se respecte ne serait pas un blog sur la cuisine des plantes sauvages si il ne parle pas de la très classique salade de pissenlit!

Tout le monde connait et ça n’a rien de très original mais après tout, redécouvrir les bases fait parfois du bien. Et puis, ce soir pour le repas vous êtes peut-être à court d’idée, alors en voici une simple et bonne.

En fait, je ne voulais pas du tout vous proposer cette recette aujourd’hui. Je suis allée non loin de chez moi, à côté du plan d’eau où je trouve régulièrement de quoi m’approvisionner. J’avais repéré des plantes d’eau sans être sûre que c’était du cresson. J’ai donc passé une partie de la matinée à vérifier les caractéristiques du cresson de fontaine, que j’ai déjà récolté ailleurs et qui me semblait plus petit que ce que j’avais vu à côté de chez moi.

Après vérification il y avait bien du cresson mais mélangé avec de l’ache faux-cresson. Sauf que… le gel récent est passé par là!

Alors que jusqu’à la semaine dernière les herbes et plantes étaient presque en train de repousser avec les températures printanières de chez nous, voilà que les feuilles étaient toutes moches et noires.

 

Très déçue mais n’ayant pas dit mon dernier mot, j’ai profité du soleil hivernal de cet endroit que j’aime beaucoup, plein de soleil, d’eau, et de cygnes (un peu plus loin c’est une réserve hivernale des oiseaux migrateurs) puis je suis rentrée vérifier ce que mon jardin me réservait comme surprise.

Il reste de magnifiques rosettes de pissenlits. Ce soir, c’est donc une salade gourmande que je me prépare, avec ce que j’ai dans le frigo: des lardons et des oeufs.

 

 

 

 

Ingrédients pour 4 :

  • 4 oeufs frais
  • vinaigre blanc
  •  gros sel
  • 400 g de pissenlit
  • 150 g de poitrine fumée
  • 2 à 3 tranches de pain sec
  • 1 petite gousse d’ail
  • 1 échalote
  • 1 cuillère à café de moutarde
  • 3 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 1 cuillère à soupe de vinaigre de xérès
  • sel, poivre
  • ciboulette fraîche (facultatif)

Préparation:

  • Faites bouillir de l’eau dans une casserole avec 1 cuillère à café de gros sel et 1 cuillère à soupe de vinaigre blanc.
    Plongez les oeufs dans l’eau bouillante durant 5 minutes.
    Les sortir de l’eau et les plonger dans un bol d’eau froide.
  • Coupez les pieds des pissenlits. Coupez les feuilles.
    Les laver à l’eau fraîche vinaigrée.
    Rincez et séchez avec un torchon.
    Émincer l’échalote.
  • Frottez le pain avec une gousse d’ail.
    Coupez le pain pour obtenir des petits croûtons.
    Les passer à la poêle avec les lardons 5 minutes pour dorer l’ensemble.
  • Dans un saladier, déposez pissenlits, lardons, croûtons, échalote émincée.
    Écalez les oeufs et ajouter à la salade.
    Ciseler quelques brins de ciboulette.
    Verser la vinaigrette à votre convenance
    Servir encore tiède.

RACINES DE PISSENLIT GRILLEES

Pourquoi dit-on « manger des pissenlits par la racine »? Parce que celles-ci peuvent atteindre 2 mètres et plongent profondément dans le sol… jusqu’aux macchabées ou à peu près.

Manger les pissenlits par la racine est donc associé à un quelque chose de plutôt morbide, c’est rien de le dire.

Eh bien moi, je vous propose d’essayer d’en manger en étant bien vivants, et parce que c’est le moment de cuisiner une racine méconnue et étonnamment pleine de bienfaits.  

Voici encore une plante méprisée, qui livre peu à peu ses secrets: boutons floraux, fleurs, feuilles et maintenant racine, tout est bon dans le pissenlit.

Les racines de pissenlit sont bénéfiques pour le foie et la vésicule biliaire, le transit qu’il améliore à court et moyen terme de façon douce. Il est recommandé pour les problème de peau. Il est également diurétique et anti-inflammatoire. On lui prête même des vertus contre le cancer.

Bref, manger du pissenlit, c’est gratuit et bon pour la santé.

En ce moment, et sous réserve que la neige et le gel le permettent, il faut consommer les racines. En effet, la sève qui nourrit les feuilles et les fleurs en été redescend dans les racines en automne et en hiver, comme pour toutes les plantes. Les racines sont alors gorgées de nutriments, plus grosses et moins fibreuses qu’en été.

Crues elles sont très amères, mais cuites, elles sont douces, avec un goût qui s’apparente au salsifi (mais en mieux, je ne suis pas fan de salsifi 🙂

Armez vous d’un peu de patience et d’un outil qui plongera profond pour extraire le maximum de chaque racine.

Malgré tout elles ne sont pas très grosses, vous ne ferez donc pas une festin pour 8, mais comme apéritif ou en association avec d’autres légumes et plantes, ça sera bien sympathique.

 

Ingrédients:

  • Votre récolte de racines
  • huile d’olive
  • 1 càs de miel
  • 1 càs de sauce soja
  • champignons de paris (facultatif)
  • crème (facultatif)

Préparation:

  • Grattez et nettoyez bien vos racines et supprimez les radicelles, et racines secondaires
  • Pelez les racines si nécessaire et si elles sont assez grosses pour le faire
  • Coupez les en tronçons de 2 cm.
  • Faites les cuire environ 20 mn à l’eau bouillante.
  • Faites les ensuite revenir avec un peu d’huile d’olive à la pôele.
  • En fin de cuisson, ajoutez la sauce soja.

 

Vous pouvez servir ces petites racines en apéritif.

Si vous souhaitez compléter votre préparation, vous pouvez ajouter champignons, ail, crème, voire ce qui vous tombe sous la main. Marié avec du riz, du blé ou des pâtes, vous aurez un plat complet.

Bon appétit!!

 

 

 

 

SALADE MELANGEE D’HIVER

On imagine à tort que, l’automne bien avancé puis l’hiver venus, rien ne peut se cueillir et qu’une salade est une hérésie. D’autant que la période de Noël commence un peu partout (films à la télévision, décorations en ville et dans les magasins). Moi même pour conjurer le froid et la pluie, j’allume du feu, des bougies, je suis impatiente de faire mon sapin, et on pense plutôt « soupe » que « salade ».

Eh bien on a tort.

En effet, non seulement certaines plantes résistent fort bien au froid, mais mieux même, elles se consomment en hiver, lorsque les feuilles sont à nouveau jeunes, que le gel les a ramollies, parce que la nature fort bien faite refuse de mourir et repousse au moindre rayon de soleil. Bien sûr à condition qu’il n’y ait pas de neige (mais la neige les protégera et l’on pourra les cueillir dès la fonte.)

Ce matin, après 15 jours de gris et de pluie, un soleil timide a décidé de se montrer. J’en ai donc profité pour faire le tour du jardin avec mon  panier afin de cueillir de quoi me faire une petite salade de mauvaises herbes. La pluie de la nuit a rendu le sol souple et permis un arrachage facile.

Vous n’avez pas de jardin? Qu’à cela ne tienne, ces feuilles poussent n’importe où y compris chez vos amis qui ont un jardin et qui seront sans doute très heureux de vous voir débarquer pour enlever des mauvaises herbes!! 🙂

Voici ma petite récolte en un quart d’heure (je n’ai pas tout pris, je n’avais besoin de salade que pour moi).

 

 

J’ai cueilli:

du pissenlit qu’on ne présente plus (excellent pour les troubles biliaires et digestifs en général)

  • de la lampsane qu’on ne récolte que d’octobre à mai lorsqu’elle est en rosette (laxative, antidiabétique et diurétique); ses feuilles se prés
    entent sous forme de rosette, et on peut les comparer à des arrêtes de poissons dont la plus grande terminale serait la  tête. En été elle produit des fleurs jaunes.
  • de la cardamine hérissée, qui s’est invitée dans mon jardin depuis quelques années et qui a tout colonisé car, lorsqu’elle est en fruit, il suffit de l’effleurer pour que ceux ci explosent et envoient les graines à tout vent…Elle aussi ne se récolte qu’en hiver et au printemps, lorsqu’elle est encore en fleurs. Facilitatrice de la digestion, pleine de vitamine A et C, son goût rappelle celui du cresson. Elle se présente sous forme de petits bouquets de toutes petites feuilles rondes de 10 cm de haute environ, avec une fleur blanche dressée en leur centre.
  • des fleurs de pâquerette, qui repousse vaillamment même l’hiver, pour donner un allure de fête à ma salade (mais aussi parce qu’elle est tonifiante et dépurative en usage interne).

J’aurais pu ajouter le lierre terrestre mais il me paraissait trop dur.

Voilà donc une salade gratuite, vite prête (n’oubliez pas de rincer vos plantes avec de l’eau viniagrée pour enlever les bactéries).

Le mélange est goûteux, fort sans être amer.

Vous pouvez y ajouter des cerneaux de noix pour adoucir et du vinaigre balsamique (pourquoi pas de l’huile de noix si vous en avez dans vos placards). Pour ma part j’assaisonne mes salades simplement à l’huile d’olive!

GELÉE DE PISSENLIT (cramaillotte ou Bissangel-Honig)

Vous souvenez vous quand vous souffliez les aigrettes de pissenlit au visage de vos copains ? C’était drôle non ?

Aujourd’hui, plutôt que les bouffer par la racine, j’ai décidé d’en cueillir les fleurs pour faire de la gelée.

Les champs sont encore pleins de ces fleurs jaunes (les feuilles ne sont plus assez tendres pour les salades, on en reparlera l’an prochain). Pour les cueillir, il n’y a qu’à se baisser. Evitez cependant le bord des routes, et des voies ferrées, et, de façon générale, les sols pollués si vous connaissez l’endroit.

Pour un (petit) pot il vous faut  (à multiplier par le nombre de pots que vous souhaitez réaliser, n’en faites pas trop, la gelée ne se conserve pas très longtemps):

  • 20 Grammes de fleurs de pissenlit (environ 2 grosses poignées)
  • 25 cl d’eau
  • 1 demi citron
  • 5 grammes d’agar-agar
  • 5 cl de sirop d’agave
  1. Commencez par enlever le vert des fleurs pour ne garder que le jaune. La partie verte donne en effet un goût plus amer. C’est un peu fastidieux. Le moyen le plus simple que j’ai trouvé est de saisir la partie verte, de retourner vers le bas les pétales verts de l’extérieur, et de tirer le centre d’un coup, un peu comme pour les artichauts.
  2. Dans une casserole, versez l’eau, ajouter-y les fleurs de pissenlit, le jus de citron, des zestes de citron râpés.
  3. Mélanger puis faites chauffer à feu doux tout en remuant de temps en temps pendant 10 minutes.
  4. Filtrer le mélange dans un chinois, essorer bien le reliquat de fleurs pour qu’il ne reste qu’une pâte sèche de fleurs dans le chinois.
  5. Verser le liquide filtré auquel vous aurez mélangé le sirop d’agave. Laissez à nouveau bouillir 10 mn en remuant de temps en temps.

Versez dans un petit pot. Cette recette a le mérite de se faire rapidement, la samedi pour le dimanche matin par exemple !

Dégustez comme du miel sur des tartines, le matin. Mais aussi avec un fromage plus typé. A tester avec d’autres préparations salées.

Bon appétit !