POELEE DE MAUVE SAUVAGE FROIDE (BAKOULA OU KHOBIZE)

Les mauves sont en fleurs, et leur jolie couleur rose se voit de loin dans les prés. J’aime beaucoup leurs délicates fleurs veinées.  Elles font partie de la même famille que les roses trémières qui se mangent aussi

Comme beaucoup de plantes sauvages, les feuilles et les fleurs se mangent indifféremment.

Je vous avais donné la recette du sirop de fleurs ici et celle de jolies tartelettes aux pommes ici

Cette fois-ci ce sont les feuilles que nous allons manger dans une recette aussi fraîche que goûteuse;

Il semble que la mauve soit bien présente dans les pays chauds et que cette salade se prépare aussi bien en Palestine (Khobize) ou au Maroc (Bakoula), avec des variantes et sans doute encore dans d’autres pays.

Si vous ne trouvez pas de mauve, vous pouvez même préparer cette recette avec des épinards. (Personnellement je ne suis pas fan des épinards cuits, sauf les jeunes feuilles en salade et je n’ai pas goûté, à vous de me dire!)

Ingrédients:

  • 2 grands bottes de mauves
  • 1 petit bouquet de persil
  • 1 petit bouquet de coriandre
  • 1 tête d’ail
  • 1 grand bol d’eau
  • 4 c à s d’huile d’olive
  • 2 c à c de sel
  • 2 c à c de paprika
  • Une pointe de piment fort
  • Le jus d’un citron
  • ½ citron confit
  • Olives mauves pour la décoration

Préparation:

  • Lavez les feuilles de mauve dans trois eaux vinaigrées ainsi que les herbes, laissez égoutter et hachez le tout finement.
  • Versez l’eau dans une grande marmite et porter à ébullition, ajoutez les feuilles de mauve, les herbes et l’ail écrasé ; couvrez et laissez cuire jusqu’à évaporation complète de l’eau.
  • Ajoutez l’huile d’olive et laissez dessécher tout en remuant.
  • Incorporez le sel, le jus de citron, le paprika, le piment fort et le citron confit coupé en morceaux.

Présentez la préparation dans un plat creux et la décorer d’olives mauves et de citron confit

Variante: on peut cuire le tout à la poêle pendant environ 15 mn à la poêle à feu doux.

Le plat se mange froid en accompagnement de grillades par exemple, ou seul avec du pain

OEUF MOLLET EN CROUTE D’HERBES SAUVAGES

On fait parfois des découvertes culinaires par le plus grand des hasards. Certes, de milliers de plats de tous pays n’attendent que mon bon vouloir pour être découverts mais la simplicité et la « proximité » de celui-là m’ont surpris. Je n’avais jamais entendu parler d’œuf en croûte, c’est simple.

C’est en regardant une vidéo culinaire de l’excellent Atelier culinaire « Cuisine aptitude » à Strasbourg, où je suis allée déjà prendre des cours supers conviviaux, et qui a inauguré des vidéos live pendant le confinement, que j’ai découvert ce plat.

La simplicité apparente m’a séduite (je dis bien apparente, parce que la délicatesse qu’il faut pour manipuler les oeufs n’est pas si évidente), autant que le mélange du moelleux avec le croustillant et que le faible coût de ce plat. C’est un plat du soir, que l’on peut réaliser en presque toutes saisons avec les herbes du moment, et même des herbes séchées (ou bien sûr des herbes aromatiques cultivées)

La plus grande difficulté a été d’aller chercher les herbes que je souhaitais, et j’ai fait quelques spots avant de les trouver. Il faisait moche depuis plusieurs jours, ça n’aide pas. Pour que mon mélange d’herbes ait du goût, j’avais envie:

d’achillée mille feuilles au goût persillé

de la petite pimprenelle au goût de concombre

du serpolet au goût de thym

Bien entendu, au fil des saisons et de vos trouvailles, d’autres plantes peuvent être utilisées. On citera notamment l’ail des ours et l’alliaire (chez moi elles ne sont plus mangeables), l’égopode au goût de persil, la cardamine hérissée, la menthe sauvage, le plantain… et d’autres encore . Toutes n’ont pas un goût prononcé, comme l’ortie par exemple.  Cela dépendra donc de ce que vous souhaitez donner comme saveur à votre plat.

Ingrédients pour 4: 

  • 4 oeufs mollets + 2 oeufs pour la panure
  • 4 càs de chapelure
  • 2 càs de farine
  • 1 gros bouquet de plantes sauvages
  • huile d’olive
  • sel

Préparation:

  • Lavez vos plantes avec trois eaux vinaigrées
  • Effeuillez-les et mixez-les (ou ciselez les, si vous les préférez plus grossières)
  • Mélangez les herbes et la chapelure, réservez
  • Battez deux oeufs en omelette, réservez
  • Faites cuire 4 oeufs pendant  5 mn dans l’eau bouillante (salée pour qu’ils s’écalent plus facilement). Puis refroidissez-les et écalez-les délicatement. J’en ai cassé, c’est très mou, il faut vraiment être délicat.
  • Farinez les oeufs, puis trempez-les dans l’omelette , puis dans la chapelure en les tournant de tous côtés
  • Faites les dorer 2 à 3 mn dans l’huile très chaude, en les roulant délicatement pour qu’ils soient craquants sur tous les côtés
  • Egouttez-les sur du papier absorbant, puis dressez-les sur un nid  de salade: mesclun, pousses d’épinards, roquette ou mieux: plantes sauvages (jeunes feuilles)  , assaisonnées à votre convenance et décorées de fleurs, pourquoi pas.

J’avoue que j’ai aimé le mariage du fondant et du croquant. Je reconnais que la présentation reste à améliorer (je n’avais pas tout ce que je voulais sous la main et comme nous étions un dimanche soir pluvieux, c’était difficile d’aller chercher les fleurs dont j’avais besoin.)

FLEURS CRISTALLISÉES

C’est en feuilletant quelques livres de recettes sauvages que je suis tombée sur celle des fleurs cristallisées. Le livret de recettes édité par l’abbaye de Valloires dont le petit restaurant sert des plats à base de plantes sauvages (divinement bons, nous y avons mangé), m’a tout de suite tentée.

 

 

 

 

 

Je ne m’étais pas risquée à tester les fleurs cristallisées auparavant, mais les photos détaillées du livret m’ont décidée.

Puisque j’ai découvert avec ravissement en créant ce blog que nombre de fleurs se consomment, je n’allais pas laisser passer ça! J’adore les mettre dans les salades pour donner du pep’s, c’est si joli. Et tant qu’à faire, autant absorber leurs nutriments et leur goût parfois prononcé comme celui de la capucine.

L’abbaye  de Valloires travaille beaucoup les roses, et ça tombe bien elles sont en fleurs dans mon jardin.

J’ai trouvé des pensées sauvages, et j’ai voulu essayer aussi avec des coquelicots mais leur pétale est trop fin et se plie pendant le trempage dans le blanc d’œuf. Si vous êtes plus minutieux que moi peut-être y arriverez vous quand même.

Un conseil donc: prendre des pétales assez épais ou des fleurs pouvant se tremper entières par la tige. Je réessayerai avec des fleurs de mauve, des violettes, des capucines…

Ustensiles nécessaires:

  • Un plat pour mettre le blanc d’œuf et faire tremper les fleurs
  • Une assiette pour saupoudre le sucre sur les fleurs au dessus
  • Un plat ou une assiette pour laisser sécher les fleurs
  • Une fourchette
  • Une pince à épiler
  • Du papier absorbant

Ingrédients: 

  • 1 ou 2 blancs d’œuf
  • pétales et boutons de fleurs (ou petites fleurs entières)
  • 250 g de sucre cristallisé

Préparation:

  • Laver rapidement vos fleurs
  • Posez-les sur le papier pour les faire sécher

  • Battez rapidement le blanc d’œuf sans le monter en neige
  • Déposez délicatement les pétales avec la fourchette ou la pince à épiler dans le blanc pour qu’ils soient bien recouverts, retournez-les au besoin pour les recouvrir de chaque côté.
  • Avec la pince à épiler saisissez chaque pétale, tenez-le au dessus de l’assiette et, avec l’autre main, saupoudrez-le bien partout de sucre cristallisé . Il faut que le pétale ou la fleur soit entièrement recouvert.
  • Enlevez doucement l’excédent de sucre  et déposez le pétale ou la fleur sur du papier absorbant. La fleur doit être enrobée mais sans excès sinon vous n’aurez qu’un morceau de sucre en bouche sans le goût de la fleur.

  • Laissez sécher à l’air libre 24h.
  • Décorez vos desserts gourmands!
  • Les fleurs se conservent deux à trois semaines dans une boite ou un récipient  recouvert de film alimentaire percé de trous pour laisser passer l’air.

MOELLEUX AU CHOCOLAT ET LIERRE TERRESTRE

D’habitude je pars des plantes sauvages que je trouve pour cuisiner une recette. Là j’ai fait le contraire: il pleut pour la première fois depuis longtemps et j’avais très (vraiment très) envie de gâteau au chocolat, allez savoir pourquoi.

Un petit truc gourmand qui fait chaud à  l’âme quand il fait moche, sans doute (quoi je suis gourmande? bah oui!) 🙂 …

Je me suis demandée avec quoi associer le chocolat et j’ai trouvé une recette de moelleux au lierre terrestre, exactement ce qu’il me fallait puisque le lierre terrestre pousse en quantité dans mon jardin. Menthe et chocolat, une association classique. Lierre terrestre au goût de menthe poivrée et chocolat, association qui ne pouvait être que bonne!

Vous pouvez prendre un moule à manqué classique (je ne connais pas les dimensions), ou comme moi, des moules à muffins. J’avais de quoi faire 12 muffins de 6 cm + comme il me restait encore de la pâte, j’ai complété par des moules en aluminium que j’avais retrouvé au fond de mon placard, il y en a 4 deux fois plus grand que les premiers.

 

 

 

Ingrédients:

  • 100 g de farine
  • 130 g de beurre (+ beurre pour les moules)
  • 200 g de chocolat noir
  • 6 œufs
  • 200 g de sucre
  • 1 poignée de lierre terrestre

Préparation:

  • Lavez et hachez les feuilles de lierre terrestre
  • Faites fondre le beurre et le chocolat et mélangez. Ajoutez le lierre terrestre et mélangez bien. Réservez.
  • Mélangez le sucre et les œufs.
  • Ajoutez lentement la farine tout en continuant à mélanger.
  • Ajoutez le mélange beurre/chocolat et mélangez bien.
  • Beurrez le ou les moules et versez la pâte (ça le lève pas, vous pouvez remplir)
  • Faites cuire une vingtaine de minutes à 180° ( en fonction de la taille de votre moule, l’intérieur sera plus ou moins moelleux

Dégustez tout seul, ou avec une glace, ou des fraises et des framboises!

 

GALETTE DE POMMES DE TERRE A L’EGOPODE

J’ai créé ce blog il y a exactement 3 ans. Et depuis 3 ans, je prévois de cuisiner l’égopode que je sais pousser en abondance sur le terrain d’une maison familiale…Mais voilà, la vie fait que…

Bref, j’ai enfin pris le temps d’aller en cueillir. Il est en fleurs mais comme il est aussi tondu régulièrement à certains endroits, j’ai pu aussi en cueillir des jeunes repousses dont les feuilles sont plus tendres.

Je suis assez contente d’avoir su qu’il y en avait là-bas, car j’avoue que je ne connaissais pas trop bien cette plante et que j’aurais eu peur de me tromper.

Comme pour tout, je ne cueille que ce dont je suis sûre, quitte à laisser passer un cycle avec floraison pour être sûre de la plante avec tous les moyens d’identification nécessaires (taille, fleurs, feuilles)

L’égopode donc, ou herbes aux goutteux, dont l’action diurétique permet de soigner la goutte, dit-on.

L’égopode, une plante extrêmement envahissante, que je vous déconseille de planter si vous n’avez pas un grand terrain qui vous permet de la laisser vivre sa vie dans un coin. Elle peut atteindre 1 m de haut. Les feuilles sont disposées par lots de trois , divisés chacun en trois folioles.

Elle se consomme crue (les jeunes feuilles plutôt, comme pour toutes les plantes) ou cuites. Elle a un goût assez fort , qu’on peut comparer à celui du persil, carotte céleri… vous l’aurez compris, un goût… D’égopode!

 

Il existe un certains nombre de recettes, j’ai choisi de démarrer simple, ne connaissant pas le goût de cette plante.

Voici un plat presque complet, que j’ai fait, moi, en accompagnement de poisson, mais qui peut se suffire à lui même moyennant un peu plus d’œufs, voire des lardons.

J’ai fait la version 1 de la galette, pour limiter le gras, mais la version 2 serait sympa aussi.

Version 1

Ingrédients selon appétit:

  • 500 g de pommes de terre
  • une grosse poignée d’égopode (les feuilles sont fines et réduisent beaucoup)
  • 1 oeuf
  • 10 cl de lait
  • 1 gousse d’ail
  • huile d’olive, sel, poivre

Préparation:

  • Faites cuire les pommes de terre épluchées et découpez les en tranches. Réservez
  • Dans la poêle, faites revenir l’ail et l’égopode ciselée, ajoutez les pommes de terre et faites revenir 3 mn, puis retournez le tout et faites revenir l’autre côté.
  • Ajoutez l’œuf battu avec le lait, salez et poivrez, et faites cuire 2/3 mn.
  • Retournez le tout en vous aidant du couvercle de la poêle. (mon retournement n’était pas réussi, mais c’était bon quand même!)

Version 2:

pour 4 galettes:

  • 200 g de pommes de terre
  • 1 oeuf
  • 1 échalote
  • 2 càs de farine
  • sel, poivre, muscade
  • beurre

Préparation:

  • Bien laver et essuyez l’égopode.
  • Épluchez, ciselez et faites suer légèrement l’échalote.
  • Râpez les pommes de terre, essorez les dans un torchon et mélangez avec les œufs, la farine et l’échalote. Épicez de noix muscade, salez et poivrez.
  • Ciselez finement l’égopode et l’ajouter à la préparation, bien mélanger le tout. Rectifiez l’assaisonnement si nécessaire.
  • Faites chauffer, le beurre dans une poêle (ou avec une autre matière grasse de cuisson).
  • Réalisez des mini-galettes à l’aide d’une cuillère à soupe du mélange à base de pomme de terre et faites cuire dans une poêle bien chaude 2 à 3 minutes de chaque côté.
  • Déposez sur une assiette munie d’un papier absorbant avant présentation.

 

 

 

COOKIES AU SIROP DE FLEURS DE TREFLE

L’autre jour lorsque je me suis baladée dans la campagne, pour chercher du trèfle, c’est parce que j’avais vu sur l’excellent site de « Mon chalet en morvan » plusieurs recettes qui découlaient des deux premières : celles de la gelée et du sirop de fleurs de trèfles que je vous ai proposées ici

Forcément, la gourmande que je suis n’a pas hésité à essayer et à vous faire goûter aussi!

Voici des délicieux cookies, ou palets, qui ne vont pas faire long feu je crois. Leur goût délicat est indéfinissable mais léger et ils se marient à merveille avec glaces et sorbets et crèmes.

 

 

Ingrédients pour une trentaine de petits cookies:

  • 220 g de farine
  • 1/2 càc de levure chimique
  •  1 oeuf
  • 60 g de cassonade
  • 75 g de beurre fondu
  • 15 cl de sirop de trèfle

Préparation:

  • Mélangez tous les ingrédients dans un saladier
  • Laissez reposer au frigo 15 mn
  • Façonnez des petites boules de la taille d’une noix que vous placez sur une plaque recouverte de papier sulfurisé. Si la pâte est trop collante n’hésitez pas à ajouter un peu de farine (c’est ce que j’ai fait).
  • Aplatissez légèrement les boules avec la paume de la main
  • Enfournez à 180° pour environ 15 mn